Avant-propos

Dans le contexte d’une économie mondialisée où les déplacements terrestres, maritimes et aériens sont facilités, les opportunités de travailler à l’étranger se sont multipliées. C’est notamment vrai dans l’Union européenne, au sein de laquelle l’espace Schengen organise et facilite la circulation des personnes. En Europe, 2 millions de personnes travaillent au moins une fois par semaine dans un autre pays. Ce chiffre est en très forte augmentation et a été multiplié par trois depuis 1999. Pour la France, Eurostat estime ce chiffre à 438 000 travailleurs.

Lorsque l’on regarde au plus près des frontières et à partir des données du recensement de l’Insee, ce sont en France 355 000 travailleurs que l’on peut qualifier de transfrontaliers parce que leur lieu de travail est localisé à l’étranger. La Suisse (170 300 personnes), le Luxembourg (70 300), l’Allemagne (46 000) et la Belgique (37 800) sont les quatre principaux pays de destination. Ces flux ont un impact important dans les espaces frontaliers français, où ils peuvent représenter jusqu’à un tiers des actifs en emploi. Ils soulèvent des enjeux majeurs de politique publique et de gouvernance, notamment en matière d’aménagement d’infrastructures et d’offres de services au public.

Dans un récent bilan de la coopération transfrontalière, la Commission européenne souligne les potentiels de croissance que recèlent les régions frontalières et leurs concours à l’émergence du sentiment d’appartenance à un territoire transfrontalier et plus largement à l’Union européenne. Elle identifie dans ces travaux le soutien à l’emploi transfrontalier comme l’un des domaines porteurs de la cohésion de ces territoires qui illustrent l’intégration européenne.

1. De fait, ce chiffre ne prend pas en compte les travailleurs expatriés, détachés, ou travaillant ponctuellement sur des longues missions à l’étranger.
2. Communication de la Commission au Conseil et au Parlement européen : « Stimuler la croissance et la cohésion des régions frontalières de l’Union européenne », septembre 2017.

Voir plus

Directeur de la publication : Jean-Benoît Albertini
Responsable de collection : Hugo Bevort
Pilotage : Benoît de Lapasse
Auteurs : Mathieu Garnier, Gilles Toutin
Contributeurs : Olivier Denert (Mission opérationnelle transfrontalière), Marianne Guérois et Ronan Ysebaert (UMS RIATE), Mélanie Charotte et Jean-Luc Fres (CGET)
Comité de rédaction : Brigitte Baccaïni, Louise Haran, Matthias Kaldi et Benoit de Lapasse (CGET) ; Jean Peyrony (Conseil d’orientation de l’Observatoire des territoires)
Cartographie : Aurélie Douet, sous la direction de Karine Hurel
Secrétariat de rédaction : Muriel Thoin
Mise en page : Citizen Press
Responsable de la communication :
Corinne Gonthier
corinne.gonthier@cget.gouv.fr ;
tél. : 01 85 58 60 49

Date d’édition : novembre 2017

Pour enregistrer un favori, vous devez avoir un compte personnel

Me connecter Créer mon compte personnel