Méthode

Comprendre la grille de densité

25/11/2020
Ajouter à mes favoris

Pour prendre en compte la répartition de la population de manière fine, la nouvelle grille communale de densité s’appuie sur la distribution de la population à l’intérieur de la commune en découpant le territoire en carreaux de 1 kilomètre de côté.

Elle repère ainsi des zones agglomérées. C’est l’importance de ces zones agglomérées au sein des communes qui va permettre de les caractériser (et non la densité communale moyenne, habituellement utilisée). Cette classification mise en place par l’Insee reprend les travaux d’Eurostat, en introduisant une catégorie supplémentaire pour tenir compte des espaces faiblement peuplés, plus fréquents en France que dans d’autres pays européens. Ainsi, on distingue, parmi les communes peu denses, des communes très peu denses.

Au final, la grille communale de densité permet de distinguer quatre catégories de communes :

  • densément peuplées (1),
  • de catégorie intermédiaire (2),
  • peu denses (3),
  • très peu denses (4).

Méthodologie de construction

1. Délimitation des zones "denses" et "peu denses"

Les carreaux de 1km² dont la densité est supérieure ou égale à 300 hab/km² sont considérés comme "denses".

Des mailles "denses" sont alors construites par agrégation de carreaux contigus du même type. Une maille dense correspond alors à un agrégat  de carreaux dont la population est supérieure ou égale à 5 000 habitants. Les carreaux qui n'appartiennent pas aux mailles denses sont considérés comme "peu denses".

Pour passer à l'échelle communale, les mailles sont redécoupées en carreaux de 200 m de côté et la population communale résidant dans une maille dense est alors estimée. Est ensuite calculée la part de cette population "dense" parmi l'ensemble de la population communale. Si elle est supérieure à 50 %, la commune est considérée comme "dense" ou "intermédiaire" ; sinon, comme "peu dense".

2. Distinction du très dense et de l'intermédiaire

La méthode de distinction des zones très denses et intermédiaires est similaire à celle utilisée pour créer les mailles denses.

Dans un premier temps les carreaux de 1 km² très denses sont identifiés comme ceux dans lesquels la densité de population est supérieure ou égale à 1 500 hab/km².

Les carreaux identifiés et contigus sont alors agrégés (les carreaux enclavés sont intégrés) et les contours des zones très denses sont lissés. Si ces zones agrégées regroupent au moins 50 000 habitants, celles-ci correspondent alors à des "centres très denses" et les carreaux qui y appartiennent, à des "carreaux très denses".

Pour passer à l'échelle communale, les centres très denses sont redécoupés en carreaux de 200 m de coté et là aussi, la population communale y résidant est estimée, fournissant une information sur la proportion de la population en zone "très dense" dans la commune. Si cette proportion est supérieure à 50 %, la commune est considérée comme "très dense" ; sinon comme de "densité intermédiaire".

3. Ajout d'une catégorie "très peu dense" par rapport à la typologie européenne

La construction de la catégorie "très peu dense" s'appuie sur une démarche identique à celle distinguant "dense" et "peu dense".

Les carreaux de 1 km² dont la densité est supérieure ou égale à 25 hab/km² sont sélectionnés et agrégés en maille lorsque ceux-ci sont contigus. Si la population de cet agrégat atteint au moins 300 habitants, la maille est considérée comme "peu dense".

Pour passer à l'échelle communale, les zones très peu denses sont redécoupées en carreaux de 200 mètres de côté. La population communale résidant dans ces zones est ensuite estimée : si elle est supérieure à 50 %, la commune est considérée comme "très peu dense" ; sinon comme "peu dense".

Pour plus d'informations sur la méthodologie de construction de la grille communale de densité

Méthodologie d'agrégation à un niveau géographique supracommunal

Pour connaître l'orientation d'un territoire de plusieurs communes, on s'intéresse à la répartition de la population en fonction des quatre classes de la typologie communale.

Pour ce faire, on agrège les données carroyées des communes du territoire. On recalcule la population appartenant à chaque type de carreaux à partir de la grille communale. Ces populations sont ensuite sommées pour chacune des catégories afin d'obtenir le maillage souhaité.

On applique alors les règles de décision de construction de la grille :

  • si la part de la population de la catégorie 1 est supérieure à 50 %, la maille est considérée comme étant très dense ;
  • si la part de la population des catégories 1 et 2 est supérieure à 50 % et que la maille n'appartient pas à la catégorie 1, alors la maille est considérée comme étant dense ;
  • si la part de la population de la catégorie 4 est supérieure à 50 %, la maille est considérée comme étant très peu dense (4) ;
  • si la part de la population des catégories 3 et 4 est supérieure à 50 % et que la maille n'appartient pas à la catégorie 4, alors la maille est considérée comme étant peu dense (3).

Pour plus d'informations sur la méthodologie d'agrégation de la grille communale de densité à un niveau supra communal

Pour enregistrer un favori, vous devez avoir un compte personnel

Me connecter Créer mon compte personnel