Depuis quelques années, la reprise rapide de l’augmentation des déplacements en voiture26 et la relance des achats de véhicules27 mettent à mal l’idée d’un « peak car » observé au tournant du XXIe siècle28. La domination de l’automobile ne semble pas devoir être remise en cause rapidement et ce d’autant moins que les espaces les plus attractifs d’un point de vue résidentiel sont également ceux où le recours à la voiture est le plus fréquent.

De fait, les espaces périurbains sont encore ceux qui attirent le plus de nouveaux résidents, avec un taux de croissance de la population dû au solde migratoire de 0,46 % par an entre 2010 et 2015, devant les espaces situés en dehors des aires urbaines (+0,33 % par an) tandis que l’attractivité migratoire des banlieues est quasi nulle et celle des communes centre d’aires urbaines négative (-0,25 % par an)29. Un Français sur cinq réside ainsi aujourd’hui dans une commune périurbaine30 et cette proportion ne cesse d’augmenter (+1 % par an entre 2010 et 2015)31. Or, c’est dans les espaces périurbains que la part des déplacements effectués en voiture est la plus élevée. Dans les communes périurbaines des grosses et très grosses aires urbaines - les plus attractives -, plus de 77 % des déplacements sont ainsi effectués en voiture.

26. Datalab - Commissariat général au développement durable, Chiffres clés du transport. Édition 2018, SDES, MTES, 72 p., 2018
27. Depuis 2013, le nombre de nouvelles immatriculations est reparti à la hausse avec une augmentation de près de 5 % entre 2016 et 2017 (ACEA). La tendance récente est par ailleurs à l’achat de SUV, véhicules particulièrement gourmands en carburant (site internet du magazine Autoplus, consulté le 19 novembre 2019).
28. La théorie du « peak car » est l’idée selon laquelle la distance parcourue en voiture par personne a atteint un pic à la fin des années 1990 dans les pays développés et que cette distance est désormais vouée à diminuer.
29. Source : Insee, RP, 2010 et 2015.
30. 19,7 %. Source : Insee, RP 2015.
31. Cf. Observatoire des territoires, Les mobilités résidentielles en France. Tendances et impacts territoriaux, coll. « En Détail », CGET, 128 p., 2018

 

Armoogum et al., « Immobility and Mobility Seen Through Trip-Based Versus Time Use Surveys », Paper for the ISCTSC, Costa-Rica, 2004

Bacqué M.-H., Fol S., « L’inégalité face à la mobilité : du constat à l’injonction », Revue suisse de sociologie, 33 (1), p. 89-104, 2007

Belton-Chevallier L., « Prendre en compte l’immobilité dans les imaginaires de la mobilité », SociologieS [en ligne], Dossiers, La mobilité dans tous ses états. Représentations, imaginaires et pratiques, mis en ligne le 2 novembre 2015

Crozet Y., Hyper-mobilité et politiques publiques – Changer d’époque ?, Economica, 190 p., 2016

Datalab - Commissariat général au développement durable, Chiffres clés du transport. Édition 2018, SDES, MTES, 72 p., 2018

Farinelli B., « Préférer la mobilité ou la proximité ? », Population & Avenir, n° 728, p. 14-16, 2016

Gingembre J. et Baude J., « Les mobilités domicile-travail dans les réseaux d’agglomérations », EchoGéo n° 27 [En ligne], 2014

Insee, « Les zonages d’études de l’Insee. Une histoire des zonages supra-communaux définis à des fins statistiques », Insee Méthodes, n°129, p.11-40, 2015

Kaufman and Rousseeuw, Finding Groups in Data: An Introduction to Cluster Analysis, John Wiley, 1990

Le Breton É., Bouger pour s’en sortir. Mobilité quotidienne et intégration sociale, Armand Colin, Hors collection, 256 p., 2005

Motte-Baumvol B., « L’accès des ménages aux services dans l’espace périurbain francilien », Espaces du quotidien, n°14, p.149-164, 2008

Observatoire des territoires, Les mobilités résidentielles en France. Tendances et impacts territoriaux, coll. « En Détail », CGET, 128 p., 2018

Razemon O., Comment la France a tué ses villes, Rue de l’échiquier, 192 p.,2016

Pour enregistrer un favori, vous devez avoir un compte personnel

Me connecter Créer mon compte personnel