Article

Les Français font les plus longues navettes domicile-travail d'Europe

Ajouter à mes favoris

En Europe, les déplacements n’occupent pas   le même temps dans le quotidien de tous les habitants1. Au Nord et à l’Ouest, le temps de déplacement quotidien est supérieur à celui observé dans les pays d’Europe du Sud et d’Europe centrale. Le Luxembourg est ainsi le pays où les résidents consacrent le plus de de temps à leurs déplacements quotidiens : 1h29 par personne et par jour, soit près de 40 minutes de plus que les Roumains. La France se situe quant à elle dans la moyenne haute des durées de déplacement quotidien, avec 1h23 par personne et par jour. Les écarts de temps de déplacement sont également le reflet de la plus ou moins grande proportion d’ « immobiles » (c’est-à-dire de personnes ne se déplaçant pas) dans la population de chaque pays, en particulier pour certains motifs. La Roumanie est ainsi le pays d’Europe où les habitants se déplacent le moins dans le cadre de leurs loisirs ainsi que pour accompagner des enfants.

ZOOM

LES ÉCARTS DE TEMPS DE DÉPLACEMENT ENTRE HOMMES ET FEMMES EN EUROPE

Dans tous les pays sauf le Luxembourg, les hommes passent plus de temps à se déplacer au quotidien que les femmes. Au sud de l’Europe, la Roumanie la Serbie, l’Italie et la Grèce sont les pays qui enregistrent le plus fort différentiel de temps de déplacement entre femmes et hommes (entre 12 et 17 minutes d’écart). Ces écarts reflètent notamment les différences de taux d’activité des femmes et des hommes alors que le taux d’activité des femmes est partout inférieur à 60 %2 dans ces pays. En Europe du Nord, les Norvégiennes se déplacent en moyenne 10 minutes de moins que les Norvégiens chaque jour. Au Luxembourg, en Estonie, en Allemagne, en Finlande, en Espagne mais également en France, ce différentiel est inférieur à 5 minutes.

On peut distinguer trois grands types de déplacements : les déplacements vers le travail ou les études, les autres déplacements contraints (achats3, démarches, accompagnement, etc.) et les déplacements de loisirs. Ces derniers sont ceux qui distinguent le plus les pays européens : les Norvégiens y consacrent en moyenne 16 minutes de plus que les Grecs4. De même, les temps de déplacement domicile-travail sont assez contrastés d’un pays à l’autre. La France est le pays où les navettes domicile-travail sont les plus longues : les actifs Français y consacrent chaque jour 1h13 en moyenne, soit près de 25 minutes de plus que les Finlandais.

1. Source : Eurostat, 2015
2. 14 % des 108 millions d’individus scolarisés en Europe le sont en France, soit un niveau supérieur au poids démographique de notre pays au sein de l’Union européenne. En 2016, celui-ci comptait près de 66,6 millions d’habitants, soit 13,1 % du total de la population des 28 pays de l’Union européenne (source : Eurostat).
3. Dans cette publication, les achats sont considérés comme un déplacement contraint ce qui n’est pas le cas dans toutes les publications portant sur les mobilités quotidiennes. Les bases de données utilisées ne permettent en effet pas de distinguer les déplacements pour achats « récréatifs » des achats « indispensables ». Néanmoins, seules les mobilités quotidiennes un jour de semaine (hors week-end) étant étudiées ici, on estime que la majorité des déplacements pour achats sont de ce fait plutôt contraints.
4. Temps aller-retour.

Armoogum et al., « Immobility and Mobility Seen Through Trip-Based Versus Time Use Surveys », Paper for the ISCTSC, Costa-Rica, 2004

Bacqué M.-H., Fol S., « L’inégalité face à la mobilité : du constat à l’injonction », Revue suisse de sociologie, 33 (1), p. 89-104, 2007

Belton-Chevallier L., « Prendre en compte l’immobilité dans les imaginaires de la mobilité », SociologieS [en ligne], Dossiers, La mobilité dans tous ses états. Représentations, imaginaires et pratiques, mis en ligne le 2 novembre 2015

Crozet Y., Hyper-mobilité et politiques publiques – Changer d’époque ?, Economica, 190 p., 2016

Datalab - Commissariat général au développement durable, Chiffres clés du transport. Édition 2018, SDES, MTES, 72 p., 2018

Farinelli B., « Préférer la mobilité ou la proximité ? », Population & Avenir, n° 728, p. 14-16, 2016

Gingembre J. et Baude J., « Les mobilités domicile-travail dans les réseaux d’agglomérations », EchoGéo n° 27 [En ligne], 2014

Insee, « Les zonages d’études de l’Insee. Une histoire des zonages supra-communaux définis à des fins statistiques », Insee Méthodes, n°129, p.11-40, 2015

Kaufman and Rousseeuw, Finding Groups in Data: An Introduction to Cluster Analysis, John Wiley, 1990

Le Breton É., Bouger pour s’en sortir. Mobilité quotidienne et intégration sociale, Armand Colin, Hors collection, 256 p., 2005

Motte-Baumvol B., « L’accès des ménages aux services dans l’espace périurbain francilien », Espaces du quotidien, n°14, p.149-164, 2008

Observatoire des territoires, Les mobilités résidentielles en France. Tendances et impacts territoriaux, coll. « En Détail », CGET, 128 p., 2018

Razemon O., Comment la France a tué ses villes, Rue de l’échiquier, 192 p.,2016

 

Pour enregistrer un favori, vous devez avoir un compte personnel

Me connecter Créer mon compte personnel