Article

Vivre en couple et sans enfant, un schéma très répandu partout en France sauf dans les grandes villes

Année de publication
2019
Ajouter à mes favoris

La vie à deux précède ou suit souvent la constitution d’une famille avec enfant(s). Ce mode de cohabitation est donc très largement répandu : près du quart des ménages de l’Hexagone est constitué de couples sans enfant (26,3 % des ménages en 2015). Cette proportion a tendance à légèrement augmenter : en 1990, ce mode de cohabitation représentait 23,4 % des ménages.

Toutefois, la vie à deux est nettement plus fréquente en dehors des grandes agglomérations qu’en leur sein, ces couples représentant plus d’un tiers des ménages hors grandes agglomérations et Outre-mer.

Une fois encore, les grands centres urbains se distinguent du reste du territoire. Ce constat pourrait sembler paradoxal. La pression qui s’exerce sur le marché immobilier des grandes villes, à commencer par celui de l’agglomération parisienne, pourrait inciter les individus en couple mais vivant séparément à s’installer plus rapidement ensemble afin de partager les dépenses de la vie courante et notamment celles liées au logement. Pourtant, à peine 23,3 % des ménages des grands pôles vivent à deux alors que cette proportion est supérieure à 30 % dans les couronnes périurbaines et les espaces ruraux. Au sein de la métropole du Grand Paris, ces couples sans enfant représentent moins de 20 % des ménages.

Ainsi, les grandes villes présentent plus fréquemment de nouvelles formes de cohabitations et de modes de vie. La vie en couple constitue une étape importante dans les schémas familiaux les plus traditionnels (avant et après avoir eu des enfants). Mais dans les grandes villes du pays, de nouvelles manières de vivre et de « faire famille » ont émergé (personnes en union libre ne partageant pas le même logement, plus grande proportion de divorces, collocations intégrant un couple, etc.), celles-ci diminuant la place qu’y occupent les couples « classiques » par rapport au reste du territoire national. Par ailleurs, les trois quarts des couples de même sexe vivent dans des grands pôles urbains contre seulement 56 % des personnes en couple de sexe différent, ce qui peut s’expliquer soit par une plus forte acceptation sociale, soit par un mode de vie plus en adéquation avec un environnement urbain (absence d’enfant…)15.

15. Buisson G., Lapinte A., « Le couple dans tous ses états : non-cohabitation, conjoints de même sexe, Pacs », coll. Insee Première (n°1435), 2013.

Bertrand J.-R., Christians C., Approches d’une géographie des ménages et des familles. Les familles nombreuses dans les Pays de la Loire, Espace, populations, sociétés, 1988-1

Buisson G., Lapinte A., « Le couple dans tous ses états : non-cohabitation, conjoints de même sexe, Pacs », Insee Première (n°1435), 2013

Canonéro B., Gayraud P., « Entre 2010 et 2030, 21 200 logements seraient à construire en moyenne par an », Insee Analyses Languedoc-Roussillon (n°8), 2015

Chardon O., Daguet F., Vivas E., « Les familles monoparentales : des difficultés à travailler et à se loger », Insee Première (n°1195), 2008

Davie E., « Un premier enfant à 28 ans », Insee Première (n°1419), 2012

Daguet F., « Des ménages toujours plus nombreux, toujours plus petits», Insee Première (n°1663), 2017

Desplanques G., « Les disparités géographiques de fécondité en France », Espace populations sociétés, 2011/3, pp 459-473, 2011

Eurostat, « People in the EU : who are we and how do we live ? », 2015 Eurostat, « Household structure in the EU », 2010

Insee, « Couples et Familles », Insee Référence, édition 2015

Jacquot A., « Vieillissement de la population et demande de logements », L’observateur de l’immobilier (n°56-57), 2003

Jacquot A., « La demande potentielle de logements à l’horizon 2030 : une estimation par la croissance attendue du nombre des ménages », Le point sur (n°135), août 2012

Kelhetter D., Rivière S., « Des couples sans enfant devenus plus nombreux et moins urbains en Alsace», Insee Analyses, 2015

Kubrak C., « Concentration et spécialisation des activités économiques : des outils pour analyser les tissus productifs locaux », 2013

Marie C.V., Breton D., « Faire famille » dans les Dom. Ce que nous dit l’enquête Migrations, Famille et Vieillissement, Informations sociales 2014/6 (n° 186), pages 16 à 26

Volant S., « Un premier enfant à 28,5 ans en 2015 : 4,5 ans plus tard qu’en 1974 », Insee Première (n°1642), 2017

Pour enregistrer un favori, vous devez avoir un compte personnel

Me connecter Créer mon compte personnel