Article

Share

Des enjeux de cohésion forts en particulier en Île-de-France, sur le littoral méditerranéen et dans les régions frontalières

Ajouter à mes favoris

La typologie qui suit propose une approche plus fine des enjeux de cohésion. Au sein de chacune des zones d’emploi françaises, les écarts de revenus entre les plus aisés et les plus pauvres peuvent varier. L’analyse du rapport interdécile des revenus (cf. supra) permet de mesurer ces écarts. Il met ainsi en avant le degré d’égalité, ou d’inégalité, qui caractérise un espace en termes de revenus.

À l’aune de cette analyse, on distingue :

  • des zones d’emploi au profil médian, dans lesquelles les écarts entre les plus riches et les plus pauvres sont réduits. Ces territoires globalement égalitaires sont essentiellement situés dans les régions Centre-Val de Loire, Pays de la Loire, Bretagne mais également en Normandie, le long du littoral aquitain ainsi que dans les zones d’emploi (hors espaces frontaliers) de l’ancienne région Rhône-Alpes. Au sein de ces régions égalitaires, on distingue des zones d’emploi aux fonctions métropolitaines affirmées où la concentration des revenus élevés est plus importante ;
  • des zones d’emploi plutôt riches, et au sein desquelles la pauvreté est peu marquée. Les zones d’emploi frontalières sous influence suisse (Morteau, Pontarlier, Annecy) ou encore celles de l’Ouest francilien (zones d’emploi de Saclay, Rambouillet, Houdan) sont dans ce cas. Ces territoires peuvent sembler égalitaires si l’on s’intéresse exclusivement à leur fonctionnement interne (rapport interdécile moyen). Mais, considérés dans un espace plus large, il s’agit de poches de richesse qui sont souvent excluantes pour les ménages ne disposant pas de revenus élevés ;
  • ces zones d’emploi jouxtent généralement des espaces dont le revenu médian est également élevé, mais dans lesquels on observe cette fois-ci une pauvreté plus importante. Ces territoires sont parmi les plus inégalitaires de France. Il s’agit par exemple du Genevois français. La zone d’emploi de Paris, bien que situé dans un environnement géographique très différent, appartient également à ce groupe. Comme dans la plupart des grandes métropoles mondiales, des ménages pauvres côtoient les plus aisés ;
  • à l’inverse, d’autres zones d’emploi caractérisées par une pauvreté relative globale. Les revenus y sont bas, et les écarts de revenus plutôt réduits. C’est notamment le cas des espaces ruraux du quart Sud Ouest de la France (Aveyron, Cantal, Creuse, Corrèze, Dordogne, vallée de la Garonne), et de l’Est (Vosges).

Toujours parmi ces espaces globalement pauvres, on distingue enfin ceux marqués par de fortes inégalités. Il peut s’agir d’espaces dans lesquels des populations paupérisées s’insèrent dans des contextes urbains relativement favorisés (zones d’emploi de Montpellier, Toulon, Cannes, Nice, Strasbourg, Mulhouse et Reims).

On trouve également dans cette catégorie des zones d’emploi où la pauvreté est si forte que la mesure des inégalités s’apprécie en comparant des « très pauvres » avec des « peu riches ». Ce cumul de difficultés s’observe dans les territoires littoraux et rétro-littoraux du golfe du Lion, en Corse et dans les espaces les plus paupérisés du Nord de la France (zone d’emploi de Lens-Hénin, Valenciennes, Maubeuge, Charleville-Mézières). Ce dernier groupe est celui qui fait face aux plus grandes difficultés, et qui demande une attention particulière.

Floch J-M. (2014), « Des revenus élevés et en plus forte hausse dans les
couronnes des grandes aires urbaines », in France, portrait social, coll.
« Insee Références ». https://www.insee.fr/fr/statistiques/fichier/1288515/
FPORSOC14e_VE5_revenus.pdf

CGET, « Rapport 2016 » de l’Observatoire national de la politique de la ville,
coll. « En détail ».

Darriau V., Henry M., Oswalt N. (2014), « Politique de la ville en France
métropolitaine : une nouvelle géographie recentrée sur 1 300 quartiers
prioritaires », in France, portrait social, coll. « Insee Références ».

Cazenave M-C., Duval J., Lejbowicz T., Stehlé J. (2012), « La redistribution :
état des lieux en 2012 », in France, portrait social, coll. « Insee Références ».

Eurostat, Annuaire régional d’Eurostat 2016.

Davezies L., Pech T. (2014), « La nouvelle question territoriale ».

Pour enregistrer un favori, vous devez avoir un compte personnel

Me connecter Créer mon compte personnel