Article

Share

Les régions de l’Ouest sont plus égalitaires

Année de publication2021
Année de publication
2017
Ajouter à mes favoris

La comparaison des revenus médians régionaux offre un premier éclairage sur les grands équilibres nationaux. Cette approche est complétée par une analyse plus fine des disparités qui existent à l’intérieur même de ces régions. Les écarts de niveau de richesses entre territoires y sont en effet plus ou moins marqués.

Les Pays de la Loire, le Centre-Val de Loire, la Bretagne, la Normandie et, dans une moindre mesure, la Nouvelle-Aquitaine se distinguent ainsi par la relative homogénéité des revenus médians entre zones d’emplois. Dans ces régions, la diffusion et l’accès aux richesses s’y fait de manière plus égalitaire que dans les autres régions françaises.

À l’inverse, les écarts de niveaux de revenus entre zones d’emploi sont très prononcés dans les régions les plus riches (Île-de-France et Auvergne-RhôneAlpes), le long du pourtour méditerranéen (Paca, Occitanie, Corse) ainsi que dans le Grand Est et en Bourgogne-Franche-Comté. Cette dispersion des revenus peut prendre différentes formes :

  • en Île-de-France, elle est marquée par la proximité entre des espaces où les niveaux de revenus sont très contrastés. L’Ouest parisien, qui accueille des populations parmi les plus riches de France, jouxte les territoires de Seine-Saint-Denis où résident des populations parmi les plus fragiles du pays. Les effets de l’éloignement au centre de l’agglomération jouent également pour beaucoup sur les disparités de revenus observées en Île-de-France. Entre la zone d’emploi de Paris et celle de Montereau-Fault-Yonne, le revenu médian disponible varie de 1 943 euros à 1 530 euros par mois (par UC), soit un écart de plus de 25 % ;
  • en Auvergne-Rhône-Alpes, dans le Grand Est et en Bourgogne-Franche-Comté, on observe une nette distinction entre les zones d’emploi frontalières, où les revenus sont très élevés grâce à des emplois rémunérateurs localisés à l’étranger, notamment en Suisse et au Luxembourg, et le reste des zones d’emploi, qui constituent un ensemble relativement homogène. Il existe donc dans ces régions des poches de richesse qui, bien que circonscrites dans l’espace, peuvent déstabiliser les équilibres locaux. Les écarts de revenus sont tels entre habitants des espaces frontaliers et reste de la population qu’ils participent à créer des territoires sur lesquels un habitant ne disposant pas de revenus étrangers peut rencontrer des difficultés à s’installer ;
  • le long du pourtour méditerranéen, les écarts de revenus sont largement fonction du caractère métropolitain des espaces. En Occitanie, la zone d’emploi de Toulouse se démarque ainsi très nettement par son niveau de richesse des autres zones d’emploi de la région. En Provence-Alpes-Côte d’Azur, on retrouve le même type de logique avec cette fois-ci des écarts significatifs entre les zones d’emploi d’Aixen-Provence, de Marseille, Cannes-Antibes d’un côté, et les zones d’emploi d’Avignon, d’Arles, d’Orange ou encore de Cavaillon de l’autre.

Enfin, la région Hauts-de-France est, quant à elle, dans une situation intermédiaire. Les écarts de revenus y sont significatifs sans être exacerbés. De nettes différences de revenus sont ainsi observées entre les espaces paupérisés du bassin minier et de la Thiérache d’une part, et les agglomérations plus aisées de Lille, d’Arras, d’Amiens ou encore de Compiègne, d’autre part.

Floch J-M. (2014), « Des revenus élevés et en plus forte hausse dans les
couronnes des grandes aires urbaines », in France, portrait social, coll.
« Insee Références ». https://www.insee.fr/fr/statistiques/fichier/1288515/
FPORSOC14e_VE5_revenus.pdf

CGET, « Rapport 2016 » de l’Observatoire national de la politique de la ville,
coll. « En détail ».

Darriau V., Henry M., Oswalt N. (2014), « Politique de la ville en France
métropolitaine : une nouvelle géographie recentrée sur 1 300 quartiers
prioritaires », in France, portrait social, coll. « Insee Références ».

Cazenave M-C., Duval J., Lejbowicz T., Stehlé J. (2012), « La redistribution :
état des lieux en 2012 », in France, portrait social, coll. « Insee Références ».

Eurostat, Annuaire régional d’Eurostat 2016.

Davezies L., Pech T. (2014), « La nouvelle question territoriale ».

Pour enregistrer un favori, vous devez avoir un compte personnel

Me connecter Créer mon compte personnel