Article

Une construction de logements dynamique

Ajouter à mes favoris

Une construction de logements dynamique

La France est le pays européen10 qui construit le plus, relativement au stock de logements existants. Ce dynamisme traduit en partie le fait que la France est, avec le Royaume-Uni, le pays qui affiche la croissance démographique la plus forte11. Toutefois, même si l’on rapporte le nombre de logements construits à la croissance de la population, la France reste au premier rang de l’Union, de manière stable : on y construit, chaque année, un peu plus de 6 logements pour 1000 habitants, contre environ 5 pour 1 000 en Finlande, Autriche et Luxembourg, qui présentent les taux de construction les plus dynamiques de l’Union, et seulement un peu plus de 2 pour 1 000 au Royaume-Uni, où la construction neuve est, de longue date, très faible.

Le budget « logement » des ménages français est inférieur à la moyenne européenne

Enfin, la France se distingue aussi par un taux d’effort12 des ménages inférieur à la moyenne européenne. En 2015, les ménages français consacraient au logement en moyenne 18,8 % de leur revenu disponible, contre 22,5 % à l’échelle de l’UE 2813. Ce niveau de dépense, certes très hétérogène selon les différents espaces du pays, place les Français loin derrière leurs voisins allemands (qui consacrent 27,3 % de leur revenu disponible au logement) et anglais (24,9 %) mais est comparable à celui des Croates, des Portugais, des Autrichiens ou encore des Finlandais. Le taux d’effort maximal en Europe est porté par les Grecs, qui consacrent en moyenne 42,2 % de leur revenu disponible aux dépenses de logement : la baisse drastique des revenus, liée à la crise, face à des dépenses de logement difficilement compressibles, explique ce taux d’effort très élevé.

La situation plutôt favorable des ménages français s’explique, d’une part, par la proportion élevée de ménages propriétaires non accédants, et, d’autre part, par un dispositif diversifié d’aides et d’avantages accordés tant aux producteurs de logements qu’aux occupants de ces derniers. Dans le domaine des aides personnelles, la France a ainsi consacré 0,83 % de son PIB au versement d’allocations logement en 2014, soit le deuxième budget public le plus important en Europe après le Royaume-Uni (1,41 %), équivalent à celui de la Finlande (0,82 %) et devant celui de l’Allemagne (0,59 %). En France, ce niveau de dépense est resté stable au cours des dernières années14.

En Europe et dans la zone OCDE, la France se distingue donc par des politiques favorisant l’accès au logement de la plupart de la population dans un parc diversifié, que ce soit par le maintien d’un parc locatif social important, par l’encouragement d’une construction dynamique de logements neufs, ou par le versement direct d’aides au logement15. Celles-ci permettent à la majorité des habitants de se loger dans de bonnes conditions, même si elles ne doivent pas masquer l’existence de situations de mal-logement16.

10. Parmi les pays pour lesquels les données sont renseignées : voir OCDE, Questionnaire sur le logement social et abordable, 2015.
11. Voir la fiche d’analyse de l’Observatoire des territoires « Les dynamiques de population » (2017).
12. Le taux d’effort est le rapport entre la somme des dépenses (remboursements d’emprunts, loyers, taxes foncière et d’habitation, charges diverses, dépenses en eau et énergie) liées à l’habitation principale, et les revenus des ménages. Cet indicateur permet de mesurer le poids de la dépense liée à l’occupation du logement sur le budget des ménages et le pouvoir « solvabilisateur » des aides au logement. L’indicateur retenu est la part du coût du logement dans le revenu disponible des ménages en 2015 (Eurostat, enquête EU-SILC [ilc_mded01])
13. Eurostat, enquête EU-SILC, 2015.
14. Il faut noter par ailleurs que le secteur du logement est un important champ de taxation : les taxes de droit commun et les taxes spécifiques représentent environ une fois et demie le total des aides et des avantages comptabilisés pour ce secteur.
15. Celles-ci représentent en moyenne 1,4 % du revenu disponible des ménages de France métropolitaine en 2013 (voir la fiche d’analyse « Les inégalités de revenus » de l’Observatoire des territoires).
16. En 2017, la Fondation Abbé Pierre estime à 3,8 millions le nombre de personnes mal logées en France.

 

Bilan 2015 des logements aidés. Les caractéristiques des opérations de financement des logements et leur répartition
territoriale, ministère du Logement et de l’Habitat durable, juillet 2016

Bilan triennal 2014-2016 provisoire de la loi Solidarité et renouvellement urbains, ministère du Logement et de l’Habitat
durable, mars 2017

Bouillon F., Clerval A., Vermeersch S., (2017), « Logement et inégalités », Espaces et Sociétés 2017/3 (n° 170), pp. 7-14.
Compte du logement 2016. Rapport de la Commission des comptes du logement, Datalab n° 22, juillet 2017

Coolos, B., (2014), « La construction et les marchés des logements neufs en France », in « Les marchés du logement et leur
financement », Revue d’économie financière n° 115, 2014/3, pp.109-129

Driant J.-C., Navarre F., Pistre P., (2016) « Étude de l’offre locative du secteur des organismes d’HLM et SEM au regard de la
demande de logement social en France métropolitaine », Ancols, décembre 2016.

Driant J.-C. (2014), « Enjeux et débats des politiques du logement en France », in « Les marchés du logement et leur
financement », Revue d’économie financière n° 115, 2014/3, pp.189-208

Driant J.-C. (2011), « Pourquoi manque-t-il des logements en France ? », Métropolitiques, 23 septembre 2011

Eurostat, Who are we and how do we live ?, édition 2015

Fiche « Logement » du rapport 2014 de l’Observatoire des territoires, Qualité de vie, habitants, territoires.

Fondation Abbé Pierre, 2017, 22e rapport sur l’état du mal-logement en France.

Jacquot, A., (2011), « Doit-on et peut-on produire davantage de logements ? », in La Découverte. Regards croisés sur
l’économie
, 2011/1 n° 9, pp.150-158.
« Le financement du logement social. De nouvelles orientations territoriales depuis 10 ans. Construction et réhabilitation :
des logiques différentes », in Éclairages n° 13, mai 2016, Caisse des dépôts
« Les conditions de logement en France », Insee référence, édition 2017

Métroscope, Fédération nationale des agences d’urbanisme, février 2017

OCDE, Documentation de la base de données sur le logement abordable, 2015 : http://www.oecd.org/fr/social/base-dedonnees-
logement-abordable.htm

Taffin C. (2012), « Besoins en logement : une notion ambivalente à la mesure délicate », Constructif n° 32, juin 2012.
« Territoires et loyers : premières analyses thématiques », Observatoires des loyers, décembre 2016

Vorms, B. (2014), « Vers un monde de propriétaires ? Politique du logement et statuts d'occupation en France et à l'étranger »,
in « Les marchés du logement et leur financement », Revue d’économie financière n° 115, 2014/3, pp. 69-8.

Fiches « Difficultés de logement » in Les conditions de logement en France, édition 2017 - Insee Références

Pour enregistrer un favori, vous devez avoir un compte personnel

Me connecter Créer mon compte personnel