Article

Les dynamiques démographiques influent sur les besoins de scolarisation

Ajouter à mes favoris

La démographie des jeunes en âge d’être scolarisés ou susceptibles d’étudier dans le supérieur est un déterminant majeur des effectifs d’élèves et d’étudiants. Or, depuis une dizaine d’années, les effectifs de jeunes ont beaucoup fluctué, de façon variable selon les tranches d’âge.

Depuis une dizaine d’années, c’est la population âgée de 11 à 14 ans qui a le plus augmenté. Cette tranche d’âge inclut la grande majorité des collégiens, dont les effectifs ont ainsi augmenté de 2,9 % entre 2006 et 2016, passant de 3,2 à 3,3 millions. Les effectifs du premier degré11, quand on exclut les enfants âgés de 2 ans, ont également beaucoup augmenté (+ 2,4 %), atteignant 6,7 millions d’élèves à la rentrée 2016. La population âgée de 15 à 17 ans est en constante augmentation depuis 2011 après avoir subi une baisse de 2007 à 2011. En 2015, les « baby-boomers » de l’an 200012 entrent dans cette classe d’âge et font gonfler ses effectifs. Depuis la rentrée 2017, ces jeunes font leur entrée à l’université, augmentant la pression sur la capacité d’accueil des établissements d’enseignement supérieur.

Les jeunes ne sont pas présents dans les mêmes proportions dans tous les territoires. Les jeunes de 0 à 17 ans représentent ainsi une part très importante de la population dans les départements d’outre-mer (51 % à Mayotte, 39 % en Guyane et 29 % à La Réunion). En France métropolitaine, ils sont très présents dans un grand quart nord-ouest, et autour des métropoles de Paris (27 % en Seine-Saint-Denis) et de Lyon. À l’inverse, cette tranche d’âge est sous-représentée à Paris « intra-muros » (18 % des effectifs) et dans le centre de la France. C’est dans les départements de la façade ouest et du sud de la France que les effectifs de jeunes de moins de 18 ans augmentent le plus, reflet du dynamisme démographique de ces espaces (cf. fiche d’analyse « Les dynamiques de population »)

Quelles que soient les dynamiques démographiques des territoires, l’évolution du nombre de jeunes de moins de 18 ans soulève des enjeux spécifiques à chaque type de territoire : maintien des écoles dans les territoires où la population enfantine décroît, risque de surcharge des classes dans les territoires en forte croissance démographique.

11. Le premier degré correspond à la scolarisation à partir de 2 ans jusqu’à la fin du CM2 (école pré-élémentaire, communément appelée école maternelle, et élémentaire).
12. En 2000, la France a connu un pic de plus de 31 600 naissances supplémentaires par rapport à l’année précédente (Insee).

 

Andreu S., Ben Ali L. et Rocher T. (2016), « Évaluation numérique des compétences du socle en début de sixième : des niveaux de compétence contrastés selon les académies », Note d’information, n° 2016-18.

Baccaïni B., De Lapasse B., Lebeaupin F. et Monso O. (2014), « Le retard scolaire à l’entrée en 6e : plus fréquent dans les territoires les plus défavorisés », Insee Première, n° 1512.

Campus France (2017), « Les chiffres clés ».

CNESCO (2016), « Inégalités sociales et migratoires. Comment l’école amplifie-t-elle les inégalités sociales et migratoires ? ».

Commission européenne (2017), « Erasmus + Programme : rapport annuel 2015 ».Givord et al., 2016, « La ségrégation sociale dans les collèges. Quelles différences entre public et privé, aux niveaux national, académique et local ? », Éducation & Formations n° 91.

Givord et al., 2016, « Comment mesurer la ségrégation dans le système éducatif ? », Éducation & Formations n° 91.

Guyon N., Huillery E. (2014), « Choix d’orientation et origine sociale : mesurer et comprendre l’autocensure scolaire », Rapport du LIEPP.

Le Rhun B., Pollet . (2011), « Diplômes et orientation professionnelle », France, portrait social – édition 2011, Insee.

MEN-DEPP (2016), L’Europe de l’éducation en chiffres.

MEN-DEPP (2017), Géographie de l’école 2017, n° 12.

MEN-DEPP (2016), Repères et références statistiques (RERS).

MENESR-SIES (2017), « Projection des effectifs dans l’enseignement supérieur pour les rentrées de 2016 à 2025 », Note d’Information enseignement supérieur et recherche.

MEN-SIES (2017), L’état de l’enseignement supérieur et de la recherche en France.

Merle P. (2012), La ségrégation scolaire. Paris, La Découverte, « Repères ».

Métayer C., Monso O., Boudesseul G., Caro P., Grelet Y., Minassian L., Vivent C. (2017), « Les inégalités territoriales de risques sociaux d’échec scolaire », Géographie de l’école, p. 106-123.

Monso O. (2014), « L’effet d’une réduction de la taille des classes sur la réussite scolaire en France : développements récents », Éducation & formations, n° 85, p. 47-61.

Murat F. (2009), « Le retard scolaire en fonction du milieu parental : l’influence des compétences des parents », Économie et statistique, volume 424, n° 1, p. 103-124.

Palheta, U. (2012), La domination scolaire : Sociologie de l’enseignement professionnel et de son public. Paris, Presses universitaires de France.

Palheta, U. (2011), « Enseignement professionnel et classes populaires : comment s’orientent les élèves “orientés” ». Revue française de pédagogie, 175, (2), p. 59-72.

Rocher T. (2016), « Évolution des inégalités sociales de compétences : une synthèse », Comment l’école amplifie les inégalités sociales et migratoires ?, rapport du CNESCO.

Pour enregistrer un favori, vous devez avoir un compte personnel

Me connecter Créer mon compte personnel