Article

Share

À l’horizon 2040, l’hypothèse d’une poursuite des tendances d’évolution démographique conduirait à un clivage toujours plus marqué

Ajouter à mes favoris

Selon l’Insee, si les tendances démographiques récentes perdurent, la France pourrait compter 73 millions d’habitants en 2040, dont près de 71 millions en France métropolitaine. Le nombre d’habitants progresserait ainsi de 13,5 % par rapport à 2010, soit une moyenne annuelle de +0,4 %. Cette croissance devrait continuer d’être très largement portée par le solde naturel, et ce malgré un vieillissement accentué de la population.

Selon ces prévisions, les espaces du littoral atlantique et du sud méditerranéen resteraient attractifs, comme entre 1990 et 2010, enregistrant les plus fortes augmentations de population. Mais cette croissance serait limitée par un retournement du solde naturel, qui deviendrait alors négatif. Dans aucun département métropolitain, l’accroissement de la population ne dépasserait 1 % en moyenne annuelle. À l’inverse, sept départements verraient leur nombre d’habitants diminuer, parmi lesquels la Haute-Marne, les Ardennes et la Nièvre. In fine, entre 2010 et 2040, les évolutions démographiques se resserreraient, s’inscrivant entre 0 % et 1 % en moyenne annuelle pour 96 départements. La période serait marquée par le regain confirmé du dynamisme démographique de quelques départements du centre de la France, comme dans l’ancienne région Limousin. Les régions du centre de la France et l’ancienne région Basse-Normandie devraient leur croissance à leur solde migratoire, alors que l’accroissement naturel y serait négatif. A l’inverse, l’Ile-de-France et les anciennes régions Alsace, Haute-Normandie et Picardie auraient, du fait de la jeunesse de leur population, un solde naturel fortement positif qui compenserait le déficit migratoire.

Les départements d’outre-mer sont très hétérogènes quant aux prévisions démographiques. La Guadeloupe et la Martinique pourraient connaître une phase de croissance jusqu’en 2030, puis une phase de décroissance. La Réunion verrait sa progression freinée par un déficit migratoire, mais soutenue par un fort accroissement naturel. La Guyane aurait toujours la plus forte croissance de la France avec un solde naturel et un solde migratoire très supérieurs à la moyenne.

 

Insee (2016), « Fiche Population - Démographie », in France, portrait social,
coll. « Insee Références ».

Eurostat (2016), « Annuaire régional »

Bellamy V., Beaumel C. (2016), « Bilan démographique 2015 », coll. « Insee
Première », n°1581.

Léon O. (2010), « La population des régions en 2040 - Les écarts de
croissance démographique pourraient se resserrer », coll. « Insee Première »,
n°1326.

Pour enregistrer un favori, vous devez avoir un compte personnel

Me connecter Créer mon compte personnel