Article

Share

Qui migre ? Des jeunes actifs et des cadres très mobiles

Année de publication2021
Territoire
Année de publication
2016
Ajouter à mes favoris

Les actifs les plus mobiles sont les cadres (chaque année entre 2011 et 2015, 4,8 % d’entre eux ont changé de zone d’emploi) suivis des professions intermédiaires (4,5 %). À l’inverse, les ouvriers (3,3 %), les artisans (2,7 %) et à plus forte raison les agriculteurs exploitants (0,8 %) sont bien moins mobiles. Outre les différences selon les catégories socioprofessionnelles, l’âge des actifs influe également beaucoup sur la mobilité géographique.

Le nombre de migrations entre zones d’emploi décroît avec l’âge : la part des actifs ayant changé de zone d’emploi est plus de sept fois plus élevée chez les 20-29 ans (9,3 %) que chez les 60 ans et plus (1,3 %). C’est en effet entre 20 et 30 ans que les motifs pouvant conduire à changer de lieu de résidence sont les plus nombreux (accès au premier emploi, décohabitation, mise en couple, etc.), et les contraintes à la mobilité les moins fortes (famille, propriété, etc.). Le degré de mobilité géographique – comme la distance parcourue – est ainsi très différencié selon le profil des actifs.

Askenazy P., Martin P. (2015), « Promouvoir l’égalité des chances à travers le territoire », Les notes du Conseil d’analyse économique, n° 20, février 2015.

Baccaïni B. (2007), « Les flux migratoires interrégionaux en France depuis cinquante ans ». Population, Ined, vol. 62.

Baccaïni B., Lévy D. (2009), « Les migrations entre départements : le Sud et l’Ouest toujours très attractifs ». Insee Première, n° 1248, juillet 2009.

Bidart C. (1997), L’Amitié, un lien social, Paris, La Découverte.

Bonvalet C., Gotman A., Grafmeyer Y. (dir), (1999), La Famille et ses proches. L’aménagement des territoires, Paris, INED-PUF.

Boschma R., Iammarino S., Steinmueller E. (2013), « Geography, skills and technological change », in Regional Studies, vol. 47 (10), pp. 1615 1617.

Collectif Rosa Bonheur, « Centralité populaire : un concept pour comprendre pratiques et territorialités des classes populaires d’une ville périphérique », SociologieS (à paraître).

Cusin F. (2014), « Les dynamiques urbaines au prisme des mobilités résidentielles longues », in Fol S., Miot Y., Vignal C., (dir.), Mobilités résidentielles, territoires et politiques publiques, Septentrion, 258 pages.

Davezies L. (2013), « Les territoires face à la crise », in Laurent E. (dir.), Vers l’égalité des territoires. Dynamiques, mesures, politiques, Paris, La Documentation française, pp. 384-389.

Degorre A., Girard P., Rabier R. (2015), « Dynamiques régionales et territoriales face aux chocs économiques » in « Nouvelle économie régionale et réforme territoriale », Revue de l’OFCE, n° 143, novembre 2015.

Fabre J., Dejonghe V. (2015), « Déménager pour une autre région. Le cadre de vie et l’emploi au coeur du choix des ménages », Insee Première, n° 1540, mars 2015.

Gobillon L. (2002), « Emploi, logement et mobilité résidentielle », Économie et Statistique, n° 349-350, pp. 77-98, mai 2002. Farinelli B. (2016), « Préférer la mobilité ou la proximité ? », Population & Avenir, n° 728, pp. 14-16.

Floch J.-M. (2015), « Résider en France et travailler à l’étranger : une situation en plein essor », Insee Première, n° 1537, février 2015.

Hubert J.-P., Pistre P., Madre J.-L. (2016), « L’utilisation de l’automobile par les ménages dans les territoires peu denses : analyse croisée par les enquêtes sur la mobilité et le Recensement de la population », Économie et Statistique, n° 483-484-485, avril 2016.
Les marges du travail et de l’emploi : formes, enjeux, processus, colloque, 14e édition des Journées internationales de la sociologie du travail, Lille, 2014.

Matus M., Merchaoui W. (2015), « Les (nouvelles) aides à la mobilité géographique. Un recentrage sur les aides à la recherche d’emploi », Éclairages et Synthèses, n° 14, Pôle emploi, août 2015.

Miot Y. (2012), Face à la décroissance urbaine, l’attractivité résidentielle ? Le cas des villes de tradition industrielle de Mulhouse,
Roubaix et Saint-Étienne, thèse de doctorat, université de Lille-I. « La mobilité des Français : panorama issu de l’enquête nationale transports et déplacements 2008 », La Revue du CGDD, décembre 2010.

Nuysten J. D., Dacey M. F. (1961), « A graph theory interpretation of nodal regions », Papers in Regional Science, vol. 7, pp. 29-42,
janvier 1961.

Ortar N. (2013), « Qui bouge, qui reste dans le couple ? Les sens de l’immobilité », E-migrinter, n° 11. « Plateformes de mobilité : un levier pour faciliter l’accès à l’emploi et l’insertion sociale », En Bref, n° 16, CGET, mars 2016. Qualité de vie, habitants, territoires, rapport de l’Observatoire des territoires 2014, CGET.

Sigaud T. (2015), « La mobilité géographique : ressource ou fragilité pour l’emploi ? », Connaissance de l'emploi, Le 4 pages du CEE, n° 125, novembre 2015.

Vignal C. (2005), « Logiques professionnelles et logiques familiales : une articulation contrainte par délocalisation de l’emploi », Sociologie du travail, n° 2, vol. 47, pp. 153-169, avril-juin 2005.

 

Pour enregistrer un favori, vous devez avoir un compte personnel

Me connecter Créer mon compte personnel