Article

Share

Les migrations résidentielles des actifs : du nord-est vers l’ouest et le sud-est du pays

Année de publication2021
Année de publication
2016
Ajouter à mes favoris

Outre la périurbanisation des ménages, visible à l’échelle des aires urbaines ou de zones d’emploi voisines, l’observation de l’ensemble des migrations résidentielles d’actifs entre zones d’emploi fait apparaître des contrastes territoriaux importants à l’échelle nationale.

Des migrations qui accentuent les déséquilibres

Les migrations résidentielles des actifs sont très différenciées selon les espaces : au sud d’une diagonale Caen-Lyon, la plupart des zones d’emploi gagnent des actifs, du fait des migrations, alors qu’au nord elles en perdent (elles peuvent toutefois en gagner par accroissement naturel), excepté les zones d’emploi périphériques du Bassin parisien, les zones près de Lille et les zones frontalières de l’Allemagne et de la Suisse. Cette configuration spatiale fait directement écho à celle de la croissance de l’emploi dans les territoires, qui est en partie liée aux dynamiques démographiques (voir chapitre 1A). À l’instar des disparités en matière de croissance de l’emploi, les migrations résidentielles des actifs semblent répondre à des logiques spatiales davantage liées aux macro-régions attractives, au premier chef desquelles l’Ouest et le Sud-Ouest, qu’à une attractivité métropolitaine. Ainsi, parmi les zones d’emploi métropolitaines, certaines sont très attractives (Toulouse, Bordeaux, Nantes, etc.) tandis que d’autres sont déficitaires en termes de migrations d’actifs français (Paris, Lyon, Lille, Strasbourg, etc.).

Tout comme la croissance de l’emploi, le solde migratoire n’est pas corrélé à la taille économique (i.e. le nombre d’emplois) des zones d’emploi. Cela s’explique par le fait que les raisons pouvant motiver une migration résidentielle sont multiples, mêlant trajectoire professionnelle, motifs familiaux et choix résidentiels. D’ailleurs, dans les régions de l’Ouest et du Sud, plus de 90 % des arrivées d’actifs occupés s’accompagnent d’un nouvel emploi dans la région d’arrivée (motif professionnel). Cependant, la structure économique de ces régions n’est pas toujours favorable, et les nouveaux arrivants profitent rarement d’une promotion sociale. De plus, une particularité forte de ces régions est l’importance des personnes en emploi devenues chômeurs pendant la période au cours de laquelle elles ont migré (souvent dans le cadre de couples biactifs) : cela témoigne d’une attractivité plus résidentielle que professionnelle. Dans d’autres espaces, telles les régions du Nord et de l’Est, déménager vers des zones dynamiques peut, pour certains actifs, constituer une réponse aux difficultés demande entraîne la fermeture de services et de commerces, rendant le cadre de vie moins attractif pour les ménages, et l’environnement moins propice au maintien ou à la création d’une activité économique. Les migrations résidentielles des actifs apparaissent donc comme un défi central en matière d’évolution des disparités et des équilibres territoriaux, et le maintien des services dans tous les territoires comme un enjeu fort.

Les zones les plus attractives sont aussi les plus répulsives

Si elle permet de faire apparaître d’importants contrastes spatiaux, la représentation du solde des migrations résidentielles dans chaque zone d’emploi peut néanmoins être trompeuse. En effet, elle informe sur l’équilibre ou le déséquilibre entre les arrivées et les départs d’actifs, mais pas sur le volume de ceux-ci. Or, les zones d’emploi qui  attirent un grand nombre d’actifs sont aussi celles d’où de nombreux actifs partent, et inversement. La corrélation entre le nombre d’actifs sortants de chaque zone d’emploi et le nombre d’entrants est fortement positive et significative. Ainsi, le départ d’actifs n’est pas un problème en soi pour les territoires, s’il est compensé par de nombreuses arrivées. L’approche par les flux donne une deuxième grille de lecture des dynamiques territoriales, indépendante du solde migratoire : elle distingue les zones d’emploi à fort brassage de population (beaucoup d’arrivées et beaucoup de départs) de celles où la stabilité de la population active est plus forte (peu d’arrivées et peu de départs). Or, le degré de mobilité des actifs dépend fortement de leurs caractéristiques socioprofessionnelles.

Askenazy P., Martin P. (2015), « Promouvoir l’égalité des chances à travers le territoire », Les notes du Conseil d’analyse économique, n° 20, février 2015.

Baccaïni B. (2007), « Les flux migratoires interrégionaux en France depuis cinquante ans ». Population, Ined, vol. 62.

Baccaïni B., Lévy D. (2009), « Les migrations entre départements : le Sud et l’Ouest toujours très attractifs ». Insee Première, n° 1248, juillet 2009.

Bidart C. (1997), L’Amitié, un lien social, Paris, La Découverte.

Bonvalet C., Gotman A., Grafmeyer Y. (dir), (1999), La Famille et ses proches. L’aménagement des territoires, Paris, INED-PUF.

Boschma R., Iammarino S., Steinmueller E. (2013), « Geography, skills and technological change », in Regional Studies, vol. 47 (10), pp. 1615 1617.

Collectif Rosa Bonheur, « Centralité populaire : un concept pour comprendre pratiques et territorialités des classes populaires d’une ville périphérique », SociologieS (à paraître).

Cusin F. (2014), « Les dynamiques urbaines au prisme des mobilités résidentielles longues », in Fol S., Miot Y., Vignal C., (dir.), Mobilités résidentielles, territoires et politiques publiques, Septentrion, 258 pages.

Davezies L. (2013), « Les territoires face à la crise », in Laurent E. (dir.), Vers l’égalité des territoires. Dynamiques, mesures, politiques, Paris, La Documentation française, pp. 384-389.

Degorre A., Girard P., Rabier R. (2015), « Dynamiques régionales et territoriales face aux chocs économiques » in « Nouvelle économie régionale et réforme territoriale », Revue de l’OFCE, n° 143, novembre 2015.

Fabre J., Dejonghe V. (2015), « Déménager pour une autre région. Le cadre de vie et l’emploi au coeur du choix des ménages », Insee Première, n° 1540, mars 2015.

Gobillon L. (2002), « Emploi, logement et mobilité résidentielle », Économie et Statistique, n° 349-350, pp. 77-98, mai 2002. Farinelli B. (2016), « Préférer la mobilité ou la proximité ? », Population & Avenir, n° 728, pp. 14-16.

Floch J.-M. (2015), « Résider en France et travailler à l’étranger : une situation en plein essor », Insee Première, n° 1537, février 2015.

Hubert J.-P., Pistre P., Madre J.-L. (2016), « L’utilisation de l’automobile par les ménages dans les territoires peu denses : analyse croisée par les enquêtes sur la mobilité et le Recensement de la population », Économie et Statistique, n° 483-484-485, avril 2016.
Les marges du travail et de l’emploi : formes, enjeux, processus, colloque, 14e édition des Journées internationales de la sociologie du travail, Lille, 2014.

Matus M., Merchaoui W. (2015), « Les (nouvelles) aides à la mobilité géographique. Un recentrage sur les aides à la recherche d’emploi », Éclairages et Synthèses, n° 14, Pôle emploi, août 2015.

Miot Y. (2012), Face à la décroissance urbaine, l’attractivité résidentielle ? Le cas des villes de tradition industrielle de Mulhouse,
Roubaix et Saint-Étienne, thèse de doctorat, université de Lille-I. « La mobilité des Français : panorama issu de l’enquête nationale transports et déplacements 2008 », La Revue du CGDD, décembre 2010.

Nuysten J. D., Dacey M. F. (1961), « A graph theory interpretation of nodal regions », Papers in Regional Science, vol. 7, pp. 29-42,
janvier 1961.

Ortar N. (2013), « Qui bouge, qui reste dans le couple ? Les sens de l’immobilité », E-migrinter, n° 11. « Plateformes de mobilité : un levier pour faciliter l’accès à l’emploi et l’insertion sociale », En Bref, n° 16, CGET, mars 2016. Qualité de vie, habitants, territoires, rapport de l’Observatoire des territoires 2014, CGET.

Sigaud T. (2015), « La mobilité géographique : ressource ou fragilité pour l’emploi ? », Connaissance de l'emploi, Le 4 pages du CEE, n° 125, novembre 2015.

Vignal C. (2005), « Logiques professionnelles et logiques familiales : une articulation contrainte par délocalisation de l’emploi », Sociologie du travail, n° 2, vol. 47, pp. 153-169, avril-juin 2005.

 

Pour enregistrer un favori, vous devez avoir un compte personnel

Me connecter Créer mon compte personnel