Article

La mobilité quotidienne vers les lieux d’emploi : des défis territoriaux, environnementaux et sociaux

Ajouter à mes favoris

On assiste donc à un élargissement du périmètre des marchés locaux du travail, puisque les actifs parcourent des distances de plus en plus longues pour rejoindre leur lieu de travail. Cet accroissement généralisé de la mobilité est un enjeu majeur de l’aménagement du territoire aujourd’hui, qui pose de nombreux défis.

En effet, le renforcement de la polarisation urbaine conduit les pôles urbains, de toute taille, à attirer une part croissante d’actifs résidant dans des territoires moins denses. Cette dynamique n’est pas inéluctable : plusieurs leviers doivent permettre d’aller dans le sens d’une meilleure répartition spatiale de l’emploi10 (voir chapitre 2A). Il importe toutefois de l’accompagner, notamment par le développement d’infrastructures de transport pour desservir les centres urbains. Cependant, celui-ci a paradoxalement pour effet d’accroître l’éloignement des actifs aux lieux d’emplois : en effet, plus la mobilité quotidienne est rendue facile, plus les ménages en tirent parti pour déménager vers des espaces périphériques (loi de Zahavi11). Le développement des infrastructures de transport participe ainsi d’un étalement urbain fortement consommateur de ressources environnementales et potentiellement vecteur de difficultés d’accès à l’emploi pour les ménages défavorisés.

Dans ce cadre, la mutualisation des offres de déplacement existantes ouvre des pistes de réflexion intéressantes, pour assurer la capacité de mobilité de tous les actifs, sans pour cela construire des infrastructures au coût écologique élevé. Cette nécessité revêt une importance particulière dans les territoires ruraux, où la mobilité est fortement dépendante de l’automobile, mais également dans les quartiers prioritaires de la politique de la Ville qui, bien qu’ils soient pour la plupart situés dans de grandes agglomérations urbaines, souffrent souvent d’un déficit d’offre de transports. Pour répondre à ces difficultés, des plates-formes de mobilité (voir encadré) ont été mises en place : elles proposent aux personnes ayant des difficultés de déplacement un accompagnement individuel et des services pour qu’elles deviennent autonomes.

 

ACTION - Les plates-formes de mobilité, un levier pour faciliter l’accès à l’emploi et l’insertion sociale des quartiers prioritaires aux zones rurales

Pour de nombreux ménages, la faiblesse des revenus, associée à un lieu de résidence excentré, rend difficile l’accès aux emplois et aux services : leur taux de motorisation est souvent faible et l’offre de transports publics inadaptée pour accéder aux emplois en horaires décalés ou localisés en zones mal desservies. Ainsi, 1 personne en insertion sur 2 perd son emploi en raison d’un problème de mobilité, et 28 % des demandeurs d’emploi refusent un emploi ou une formation pour le même motif.

D’abord mises en place dans une quinzaine de zones urbaines en difficulté, les plateformes de mobilité sont des lieux d’accueil et d’accompagnement qui proposent une offre de mobilité personnalisée, adaptée aux besoins des personnes en situation de fragilité, pour leur permettre d’accéder à l’offre de transport existante. Selon les endroits, une centrale de mobilité peut disposer d’un ou de plusieurs conseiller(s) en mobilité, chauffeur(s), moniteur(s) d’auto-école sociale, coordinateur(s) de moyens, ainsi que de moyens de transport (parc de véhicules, de vélos, minibus) et de réparation.

En zone rurale, les premières plates-formes se sont implantées au cours des cinq dernières années, à l’initiative de collectivités et d’opérateurs tels que Pôle emploi. En effet, les problèmes de mobilité y sont très importants en raison de la dispersion de l’habitat et de la faiblesse de l’offre de transport en commun : les déplacements sont très dépendants de l’automobile, qui pose des problèmes de coût de plus en plus difficiles à supporter pour les propriétaires du véhicule, et des problèmes d’insertion pour ceux qui ne sont pas motorisés. L’implantation des plateformes de mobilité a permis de développer de nouvelles solutions de transport (covoiturage, auto stop organisé, minibus combinant transport de passagers et livraison de commandes, etc.), et d’assurer un accompagnement personnalisé des bénéficiaires de la plate-forme pour favoriser leur accès à l’emploi.

Askenazy P., Martin P. (2015), « Promouvoir l’égalité des chances à travers le territoire », Les notes du Conseil d’analyse économique, n° 20, février 2015.

Baccaïni B. (2007), « Les flux migratoires interrégionaux en France depuis cinquante ans ». Population, Ined, vol. 62.

Baccaïni B., Lévy D. (2009), « Les migrations entre départements : le Sud et l’Ouest toujours très attractifs ». Insee Première, n° 1248, juillet 2009.

Bidart C. (1997), L’Amitié, un lien social, Paris, La Découverte.

Bonvalet C., Gotman A., Grafmeyer Y. (dir), (1999), La Famille et ses proches. L’aménagement des territoires, Paris, INED-PUF.

Boschma R., Iammarino S., Steinmueller E. (2013), « Geography, skills and technological change », in Regional Studies, vol. 47 (10), pp. 1615 1617.

Collectif Rosa Bonheur, « Centralité populaire : un concept pour comprendre pratiques et territorialités des classes populaires d’une ville périphérique », SociologieS (à paraître).

Cusin F. (2014), « Les dynamiques urbaines au prisme des mobilités résidentielles longues », in Fol S., Miot Y., Vignal C., (dir.), Mobilités résidentielles, territoires et politiques publiques, Septentrion, 258 pages.

Davezies L. (2013), « Les territoires face à la crise », in Laurent E. (dir.), Vers l’égalité des territoires. Dynamiques, mesures, politiques, Paris, La Documentation française, pp. 384-389.

Degorre A., Girard P., Rabier R. (2015), « Dynamiques régionales et territoriales face aux chocs économiques » in « Nouvelle économie régionale et réforme territoriale », Revue de l’OFCE, n° 143, novembre 2015.

Fabre J., Dejonghe V. (2015), « Déménager pour une autre région. Le cadre de vie et l’emploi au coeur du choix des ménages », Insee Première, n° 1540, mars 2015.

Gobillon L. (2002), « Emploi, logement et mobilité résidentielle », Économie et Statistique, n° 349-350, pp. 77-98, mai 2002. Farinelli B. (2016), « Préférer la mobilité ou la proximité ? », Population & Avenir, n° 728, pp. 14-16.

Floch J.-M. (2015), « Résider en France et travailler à l’étranger : une situation en plein essor », Insee Première, n° 1537, février 2015.

Hubert J.-P., Pistre P., Madre J.-L. (2016), « L’utilisation de l’automobile par les ménages dans les territoires peu denses : analyse croisée par les enquêtes sur la mobilité et le Recensement de la population », Économie et Statistique, n° 483-484-485, avril 2016.
Les marges du travail et de l’emploi : formes, enjeux, processus, colloque, 14e édition des Journées internationales de la sociologie du travail, Lille, 2014.

Matus M., Merchaoui W. (2015), « Les (nouvelles) aides à la mobilité géographique. Un recentrage sur les aides à la recherche d’emploi », Éclairages et Synthèses, n° 14, Pôle emploi, août 2015.

Miot Y. (2012), Face à la décroissance urbaine, l’attractivité résidentielle ? Le cas des villes de tradition industrielle de Mulhouse,
Roubaix et Saint-Étienne, thèse de doctorat, université de Lille-I. « La mobilité des Français : panorama issu de l’enquête nationale transports et déplacements 2008 », La Revue du CGDD, décembre 2010.

Nuysten J. D., Dacey M. F. (1961), « A graph theory interpretation of nodal regions », Papers in Regional Science, vol. 7, pp. 29-42,
janvier 1961.

Ortar N. (2013), « Qui bouge, qui reste dans le couple ? Les sens de l’immobilité », E-migrinter, n° 11. « Plateformes de mobilité : un levier pour faciliter l’accès à l’emploi et l’insertion sociale », En Bref, n° 16, CGET, mars 2016. Qualité de vie, habitants, territoires, rapport de l’Observatoire des territoires 2014, CGET.

Sigaud T. (2015), « La mobilité géographique : ressource ou fragilité pour l’emploi ? », Connaissance de l'emploi, Le 4 pages du CEE, n° 125, novembre 2015.

Vignal C. (2005), « Logiques professionnelles et logiques familiales : une articulation contrainte par délocalisation de l’emploi », Sociologie du travail, n° 2, vol. 47, pp. 153-169, avril-juin 2005.

 

Pour enregistrer un favori, vous devez avoir un compte personnel

Me connecter Créer mon compte personnel