Article

Share

De fortes différences de temps de trajet domicile-travail entre les territoires, qui ont tendance à se réduire

Année de publication2021
Année de publication
2016
Ajouter à mes favoris

Si les temps de trajet domicile-travail sont fortement différenciés selon les catégories d’actifs, ils le sont également selon le lieu de résidence de ces derniers. En effet, le mouvement de périurbanisation, qui conduit un nombre croissant d’actifs occupant des emplois situés dans les pôles urbains à déménager en grande périphérie de ceux-ci, a un impact direct sur les déplacements quotidiens. En conséquence, c’est dans les couronnes des grands pôles urbains que les temps de trajet domicile-travail médians sont les plus élevés (19 minutes), plus particulièrement en région parisienne (la moitié des actifs de Seine-et-Marne ont un trajet supérieur à 30 minutes), sur le littoral méditerranéen et dans les couronnes des métropoles de Bordeaux et de Toulouse. Dans les grands pôles urbains, rares sont les actifs résidents à se trouver à moins de 5 minutes de leur lieu de travail (5 %). En revanche, c’est là que les actifs effectuant de très longs trajets sont, en proportion, les plus nombreux : 13 % des actifs résidents des grands pôles ont un temps de trajet domicile-travail supérieur à 45 minutes pour rejoindre leur emploi. Dans les petits et moyens pôles, à l’inverse, la moitié des actifs résidents habitent à moins de 5 minutes de leur lieu de travail : c’est dans ces espaces que le temps de déplacement médian est le plus faible (5 minutes), devant les espaces ruraux, où il est de 8 minutes.

Le temps de trajet moyen des actifs français a augmenté dans la plupart des espaces entre 2006 et 2012, notamment dans les zones ayant une part importante de travailleurs transfrontaliers. De plus en plus d’actifs traversent la frontière pour occuper un emploi à l’étranger. Les espaces où le temps de trajet des actifs est le plus élevé, et plus particulièrement la région parisienne, ont toutefois connu une augmentation inférieure à celle des autres territoires (petits et moyens pôles urbains, espaces ruraux) au cours de cette période, voire une légère baisse dans Paris et sa petite couronne. En parallèle, les actifs résidant en dehors de la région Île-de-France, dans des territoires qui restent sous l’influence économique du pôle parisien, ont vu leur temps de trajet moyen augmenter. Ce phénomène révèle l’extension de la périurbanisation autour de la région capitale. À l’échelle nationale, on observe une tendance à la réduction des disparités des temps de trajet entre les différents types d’espaces, sous l’effet d’une double dynamique : une stagnation – voire une baisse – des temps moyens dans l’espace des grandes aires urbaines, et une augmentation dans les petites villes et dans des espaces périurbains situés de plus en plus loin des pôles économiques. Ces conclusions invitent à observer l’évolution de la direction des déplacements domicile-travail. L’augmentation généralisée et l’homogénéisation des temps de trajet sont en effet liées à l’interdépendance croissante des différents types d’espaces, révélant une extension spatiale des marchés locaux du travail autour des pôles.

Askenazy P., Martin P. (2015), « Promouvoir l’égalité des chances à travers le territoire », Les notes du Conseil d’analyse économique, n° 20, février 2015.

Baccaïni B. (2007), « Les flux migratoires interrégionaux en France depuis cinquante ans ». Population, Ined, vol. 62.

Baccaïni B., Lévy D. (2009), « Les migrations entre départements : le Sud et l’Ouest toujours très attractifs ». Insee Première, n° 1248, juillet 2009.

Bidart C. (1997), L’Amitié, un lien social, Paris, La Découverte.

Bonvalet C., Gotman A., Grafmeyer Y. (dir), (1999), La Famille et ses proches. L’aménagement des territoires, Paris, INED-PUF.

Boschma R., Iammarino S., Steinmueller E. (2013), « Geography, skills and technological change », in Regional Studies, vol. 47 (10), pp. 1615 1617.

Collectif Rosa Bonheur, « Centralité populaire : un concept pour comprendre pratiques et territorialités des classes populaires d’une ville périphérique », SociologieS (à paraître).

Cusin F. (2014), « Les dynamiques urbaines au prisme des mobilités résidentielles longues », in Fol S., Miot Y., Vignal C., (dir.), Mobilités résidentielles, territoires et politiques publiques, Septentrion, 258 pages.

Davezies L. (2013), « Les territoires face à la crise », in Laurent E. (dir.), Vers l’égalité des territoires. Dynamiques, mesures, politiques, Paris, La Documentation française, pp. 384-389.

Degorre A., Girard P., Rabier R. (2015), « Dynamiques régionales et territoriales face aux chocs économiques » in « Nouvelle économie régionale et réforme territoriale », Revue de l’OFCE, n° 143, novembre 2015.

Fabre J., Dejonghe V. (2015), « Déménager pour une autre région. Le cadre de vie et l’emploi au coeur du choix des ménages », Insee Première, n° 1540, mars 2015.

Gobillon L. (2002), « Emploi, logement et mobilité résidentielle », Économie et Statistique, n° 349-350, pp. 77-98, mai 2002. Farinelli B. (2016), « Préférer la mobilité ou la proximité ? », Population & Avenir, n° 728, pp. 14-16.

Floch J.-M. (2015), « Résider en France et travailler à l’étranger : une situation en plein essor », Insee Première, n° 1537, février 2015.

Hubert J.-P., Pistre P., Madre J.-L. (2016), « L’utilisation de l’automobile par les ménages dans les territoires peu denses : analyse croisée par les enquêtes sur la mobilité et le Recensement de la population », Économie et Statistique, n° 483-484-485, avril 2016.
Les marges du travail et de l’emploi : formes, enjeux, processus, colloque, 14e édition des Journées internationales de la sociologie du travail, Lille, 2014.

Matus M., Merchaoui W. (2015), « Les (nouvelles) aides à la mobilité géographique. Un recentrage sur les aides à la recherche d’emploi », Éclairages et Synthèses, n° 14, Pôle emploi, août 2015.

Miot Y. (2012), Face à la décroissance urbaine, l’attractivité résidentielle ? Le cas des villes de tradition industrielle de Mulhouse,
Roubaix et Saint-Étienne, thèse de doctorat, université de Lille-I. « La mobilité des Français : panorama issu de l’enquête nationale transports et déplacements 2008 », La Revue du CGDD, décembre 2010.

Nuysten J. D., Dacey M. F. (1961), « A graph theory interpretation of nodal regions », Papers in Regional Science, vol. 7, pp. 29-42,
janvier 1961.

Ortar N. (2013), « Qui bouge, qui reste dans le couple ? Les sens de l’immobilité », E-migrinter, n° 11. « Plateformes de mobilité : un levier pour faciliter l’accès à l’emploi et l’insertion sociale », En Bref, n° 16, CGET, mars 2016. Qualité de vie, habitants, territoires, rapport de l’Observatoire des territoires 2014, CGET.

Sigaud T. (2015), « La mobilité géographique : ressource ou fragilité pour l’emploi ? », Connaissance de l'emploi, Le 4 pages du CEE, n° 125, novembre 2015.

Vignal C. (2005), « Logiques professionnelles et logiques familiales : une articulation contrainte par délocalisation de l’emploi », Sociologie du travail, n° 2, vol. 47, pp. 153-169, avril-juin 2005.

 

Pour enregistrer un favori, vous devez avoir un compte personnel

Me connecter Créer mon compte personnel