Article

Share

Les stratégies de localisation des entreprises selon leur type d’activité

Ajouter à mes favoris

Pour les entreprises, l’arbitrage entre les avantages et les inconvénients d’une plus ou moins grande proximité au centre dépend principalement de leur secteur d’activité.

  • Les activités « naissantes » et les activités dites de « front-office » sont sensibles à la présence de facteurs technologiques (équipements, compétences, maintenance, etc.) ou au contact du marché final, et se localisent donc de façon privilégiée dans les centres urbains. Il s’agit d’une part d’activités de conception et de production à forte valeur ajoutée (R&D, production de logiciels, de prototypes, etc.), de services supérieurs, rendus notamment aux entreprises (services juridiques, financiers, communication, etc.), ainsi que de services rendus à la population et nécessitant la coprésence du prestataire et du client (santé, soins à la personne, etc.).
  • Les activités intermédiaires et de « back-office » sont, quant à elles, davantage sensibles au coût des facteurs dits banals (terrains, travail) et au coût de transport. Elles se détachent des pôles urbains mais restent toutefois assez proches, en zone périurbaine ou dans les communes rurales accessibles. Les exemples emblématiques sont ceux de l’imprimerie de journaux ou de la fabrication de biens alimentaires qui incorporent des matières pondéreuses (sodas, viennoiseries, etc.).
  • Les activités dites matures incorporent peu de facteurs techniques et sont peu sensibles au coût de transport, mais sont très attentives aux composantes du coût de production. Pour minimiser le coût d’implantation et la masse salariale, elles s’éloignent sensiblement des centres, pour rejoindre des zones rurales éloignées et, éventuellement, se délocalisent à l’étranger. Il s’agit typiquement de la fabrication de produits agroalimentaires (maraîchage, abattoirs, etc.) ou manufacturés (textile, meubles, appareils ménagers, etc.).

 

Allaire et al. (2016), Le marché du travail dans les grandes aires urbaines en 2015, étude de la fondation Terra Nova et de l’entreprise Jobijoba.

Aubert F., Détang-Dessendre C. (2014), « L’emploi rural, des bassins de production agricoles aux zones d’emploi urbaines », in Jeanneaux P. et Perrier-Cornet P. (coord.), Repenser l’économie rurale, Éditions Quæ, pp. 123-141.

Blanc M., Hild F. (2008), « Analyse des marchés locaux du travail : du chômage à l’emploi », Économie et Statistique, n° 415-416, mars 2009.

Cavailhes J., Thisse J.-F. (2013), « Faut-il choisir entre égalité des territoires et développement économique ? » in Laurent E. (dir.), Vers l’égalité des territoires. Dynamiques, mesures, politiques, Paris, La Documentation française, pp. 364-383.

Didry C., De Palma A., Picard N. (2014), Externalités des télécentres, rapport d’étude de la Caisse des dépôts, en partenariat avec l’ENS Cachan et PMP Conseil, mars 2014.

Duhamel E. (2014), « Les zones franches urbaines », in Les avis du Cese, Les éditions des Journaux officiels.

Faure A., Gaucherand G., Laget M. (2015), « Le télétravail : des avantages pour les travailleurs, les entreprises et les territoires », in En Bref, n° 10, CGET, décembre 2015.

Pour enregistrer un favori, vous devez avoir un compte personnel

Me connecter Créer mon compte personnel