Article

Share

La zone d’emploi : un compromis pour observer les marchés locaux du travail

Année de publication2021
Thématique
Territoire
Année de publication
2016
Ajouter à mes favoris

L’Insee définit une zone d’emploi comme un espace géographique à l’intérieur duquel la plupart des actifs résident et travaillent, et dans lequel les établissements peuvent trouver l’essentiel de la main-d’œuvre nécessaire pour occuper les emplois offerts. Le découpage du territoire français en 321 zones d’emploi constitue ainsi une partition du territoire adaptée aux études locales du marché du travail, à la réalisation de diagnostics locaux et à la mise en œuvre des politiques territoriales initiées par les pouvoirs publics comme par les acteurs locaux. Ce zonage, défini en 2010 par l’Insee et le ministère chargé de l’Emploi, se fonde sur les flux de déplacement domicile-travail des actifs observés lors du recensement de 2006.

D’un point de vue méthodologique, les zones d’emploi sont conçues selon des étapes itératives d’agrégation des flux de migrations alternantes quotidiennes, qui permettent de repérer les communes ou groupes de communes qui polarisent les flux jusqu’à un seuil d’emploi critique (10 000 ou 15 000 emplois). Le processus itératif est arrêté et la zone d’emploi est délimitée lorsque le rapport entre le nombre d’actifs résidant et travaillant dans la zone et le nombre d’actifs résidant dans la zone mais travaillant en dehors est maximisé. La construction à partir des seuls déplacements domicile-travail a donc permis d’établir un zonage définissant les marchés locaux du travail sur un critère observé relativement objectif. Pour se rapprocher au plus près de la réalité polymorphe des bassins d’emploi, d’autres critères auraient pu être retenus en complément (spécialisation par CSP des emplois, des actifs, taux d’activité, etc.).
Cette option aurait néanmoins beaucoup complexifié la démarche, du fait de la nécessité d’arbitrer quant au poids à donner à chaque variable. Le maillage en zones d’emploi est le fruit de plusieurs simulations et a fait l’objet de concertations locales qui ont permis d’ajuster et de valider leur périmètre.

Toutefois, les zones d’emploi apparaissent avant tout comme un compromis méthodologique pour appréhender la complexité des marchés locaux du travail. En effet, elles remplissent leurs fonctions en termes de production statistique et de support des diagnostics territoriaux menés sur l’emploi. Mais leur utilisation connaît des limites lorsqu’il s’agit d’étudier des marchés locaux spécifiques, notamment au sein des grandes aires urbaines, des espaces frontaliers, ou encore lorsque ces marchés ne reposent pas sur la contiguïté territoriale entre lieu de vie et lieu de travail. Il importe donc, selon les cas, de mobiliser d’autres critères pour mieux rendre compte de la réalité du bassin d’emploi local, et de recourir à d’autres mailles d’observation (communes, zonage en aires urbaines notamment) permettant de mettre au jour certains phénomènes (périurbanisation, dissociation spatiale entre localisation des emplois et de la main-d’œuvre, etc.).

Allaire et al. (2016), Le marché du travail dans les grandes aires urbaines en 2015, étude de la fondation Terra Nova et de l’entreprise Jobijoba.

Aubert F., Détang-Dessendre C. (2014), « L’emploi rural, des bassins de production agricoles aux zones d’emploi urbaines », in Jeanneaux P. et Perrier-Cornet P. (coord.), Repenser l’économie rurale, Éditions Quæ, pp. 123-141.

Blanc M., Hild F. (2008), « Analyse des marchés locaux du travail : du chômage à l’emploi », Économie et Statistique, n° 415-416, mars 2009.

Cavailhes J., Thisse J.-F. (2013), « Faut-il choisir entre égalité des territoires et développement économique ? » in Laurent E. (dir.), Vers l’égalité des territoires. Dynamiques, mesures, politiques, Paris, La Documentation française, pp. 364-383.

Didry C., De Palma A., Picard N. (2014), Externalités des télécentres, rapport d’étude de la Caisse des dépôts, en partenariat avec l’ENS Cachan et PMP Conseil, mars 2014.

Duhamel E. (2014), « Les zones franches urbaines », in Les avis du Cese, Les éditions des Journaux officiels.

Faure A., Gaucherand G., Laget M. (2015), « Le télétravail : des avantages pour les travailleurs, les entreprises et les territoires », in En Bref, n° 10, CGET, décembre 2015.

 

Pour enregistrer un favori, vous devez avoir un compte personnel

Me connecter Créer mon compte personnel