Article

Une tendance à l’homogénéisation des activités dans les territoires

Année de publication2021
Territoire
Année de publication
2016
Ajouter à mes favoris

Hier, les territoires étaient fortement différenciés : industriels, urbains tertiaires ou ruraux agricoles. Aujourd’hui, les différenciations, moins nettes, s’expliquent essentiellement par l’inégale tertiarisation des territoires : les grandes agglomérations fortement tertiarisées se distinguent des plus petites villes, tandis que les zones touristiques connaissent un développement économique de type tertiaire résidentiel, comme de plus en plus d’espaces ruraux.
La tertiarisation généralisée des activités, conjuguée à la baisse de la production matérielle (voir encadré) dans les zones où elle était très présente, ont tendu à homogénéiser l’ensemble des zones d’emploi françaises, y compris les Dom. Toutefois, ces observations sont à relativiser au regard du niveau de finesse de la nomenclature des activités retenue : il existe, par exemple, de fortes spécialisations des sites au sein même de la sphère résidentielle.

Pour autant, une étude approfondie de la spécialisation sectorielle des zones d’emploi invite à aller au-delà des approches précédemment décrites, par sphère ou secteur d’activité, qui ne reflètent que l’activité principale des établissements implantés dans les territoires. La mutation des emplois est en effet telle qu’au sein de chaque sphère, de chaque secteur, les actifs n’occupent plus aujourd’hui les mêmes activités qu’il y a quarante ans. Regrouper l’ensemble des professions exercées en quinze fonctions d’emplois transversales aux secteurs d’activité et aux qualifications nécessaires, permet cet approfondissement, en appréhendant avec un angle nouveau la localisation des emplois dans les territoires.

Confirmant la tendance à l’homogénéisation des activités des zones d’emploi, la plupart des fonctions d’emploi se sont dispersées sur l’ensemble du territoire depuis 1982 (date à laquelle permettent de remonter les séries de données), soit en progressant partout en France (administration publique, services aux particuliers, production intellectuelle), soit en s’atténuant dans les endroits où elles étaient historiquement très présentes (fabrication). Seules deux fonctions d’emploi se distinguent en se concentrant dans l’espace : l’éducation-formation (développement de pôles universitaires suite à l’allongement de la durée des études) et l’agriculture (industrialisation du secteur et concentration des exploitations), qui reste toutefois la plus uniformément répartie. Aujourd’hui, les plus dispersées dans les territoires sont les fonctions de production matérielle, les plus concentrées étant les fonctions dites « métropolitaines » (avec une concentration maximale pour la fonction culture-loisirs) et, à un degré moindre, les administrations publiques.


Définition - Les quinze fonctions d’emploi peuvent être rassemblées en cinq groupes.

Quinze « fonctions d’emploi » ont été définies par l’Insee à partir des catégories socioprofessionnelles des actifs, mentionnées dans les recensements de la population depuis 1982. Elles sont transversales aux secteurs d’activité des entreprises, au statut des travailleurs (indépendant ou salarié, public ou privé) ainsi qu’à leur niveau de qualification (cadre, ouvrier, etc.). Cinq de ces fonctions, parce qu’elles sont plus spécifiquement localisées dans les grandes aires urbaines, sont qualifiées de « fonctions métropolitaines » : elles sont signalées par un astérisque (*).

  • La production matérielle : fabrication ; agriculture et pêche ; bâtiments et travaux publics.
  • La production intellectuelle : conceptionrecherche* ; prestations intellectuelles* ; gestion*.
  • Les fonctions d’intermédiation : commerce inter-entreprises* ; transport/logistique.
  • Les services publics : administration publique ; éducation-formation ; santé et action sociale.
  • Les services aux particuliers : entretien réparation ; distribution ; services de proximité ; culture/loisirs*.

Carré D., Levratto N. (2013), Les entreprises du secteur compétitif dans les territoires. Les déterminants de la croissance, étude AdCF, juin 2013.

Davezies L., Talandier M. (2014), « L’émergence de systèmes productivo-résidentiels. Territoires productifs, territoires résidentiels : quelles interactions ? », Travaux, n° 19, Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET)/La Documentation française.

Eljim K. (2013), « Activité et emploi en Europe : bilan et perspectives » in Espace populations sociétés, pp. 25-27, mars 2013.

Gass C., Reynard R., Vialette P. (2015), « Trente ans de mutations fonctionnelles de l’emploi dans les territoires », Insee Première, n° 1538, février 2015.

Hecquet V. (2014), « Emploi et territoires de 1975 à 2009 : tertiarisation et rétrécissement de la sphère productive », Économie et Statistique, n° 462-463, pp. 25-68, janvier 2014.

Kubrak C. (2013), « Concentration et spécialisation des activités économiques : des outils pour analyser les tissus productifs locaux ». Insee, documents de travail, n° H2013/01, mars 2013.

« Le profil de développement des agglomérations et métropoles françaises », tome 1, étude pour l’AdCF et la Caisse des dépôts, mars 2016.

Pour enregistrer un favori, vous devez avoir un compte personnel

Me connecter Créer mon compte personnel