Article

Share

L’emploi dans la sphère publique et le tertiaire productif en forte expansion

Année de publication2022
Territoire
Année de publication
2016
Ajouter à mes favoris

Depuis 1975, c’est la sphère publique5 qui a connu la plus forte croissance : elle représente aujourd’hui plus de 8 millions d’emplois, soit près d’un tiers des emplois de France métropolitaine contre 17 % en 1975 ; le nombre d’emplois publics a augmenté de plus de 2 % par an depuis 1975.
La croissance de l’emploi public a de multiples causes, parmi lesquelles les lois de décentralisation qui ont conduit à un important développement de l’administration territoriale, l’augmentation du nombre d’enseignants rendue nécessaire par la croissance démographique et l’allongement de la durée des études, le besoin accru en personnel de santé du fait de la progression de l’espérance de vie et d’une médicalisation croissante, ou encore le développement de services régionaux spécialisés pour accueillir enfants, personnes âgées ou handicapées. La hausse de l’emploi public est aussi en partie due au développement des emplois aidés depuis les années 1990. Le secteur public est de ce fait un pourvoyeur important d’emplois dans les territoires à moindre dynamisme économique et démographique (nord des Hauts-de-France, nord et centre de la région Grand Est, intérieur de la région Bourgogne-Franche-Comté, centre de la France, zones montagneuses des régions Occitanie et Paca, Corse). Si la présence d’emplois publics a pu amortir les effets de la crise dans ces territoires, cette forme de spécialisation économique peut toutefois, dans un contexte d’austérité, constituer une vulnérabilité pour les territoires qui en sont dépendants.

L’innovation constante, la flexibilité croissante, la réduction des délais de production et l’intensification des échanges ont engendré le doublement du poids du secteur tertiaire productif depuis 1975. La part du secteur dans l’ensemble des emplois est, en effet, passée de 9 % en 1975 à 20 % en 2012.
Cette hausse, particulièrement élevée dans les zones métropolitaines, est portée par les activités de production intellectuelle (voir encadré sur les fonctions d’emploi p. 82). Elle est toutefois à nuancer car elle prend en compte le phénomène, évoqué précédemment, d’externalisation de certaines fonctions industrielles dans ce secteur.
La part du secteur tertiaire résidentiel dans l’ensemble des emplois n’a, quant à elle, que très peu augmenté entre 1975 et 2012 (+ 1,3 point), avec toutefois une légère hausse depuis 2000. Sur l’ensemble de la période, le secteur a tout de même gagné 1,6 million d’emplois. Les territoires ayant une économie à dominante résidentielle correspondent en général à des lieux de forte croissance de la population et de l’emploi. Il s’agit de zones touristiques et aux aménités attractives (le littoral méditerranéen et atlantique, les Alpes, etc.) ou de zones d’emploi frontalières attirant des actifs qui travaillent à l’étranger (voir chapitre 1A).

Depuis 1975, les territoires ont donc connu de profondes mutations de leurs structures sectorielles. Ces évolutions ont dans l’ensemble conduit à une certaine homogénéisation spatiale : les territoires sont aujourd’hui moins spécialisés qu’il y a quarante ans, même si des spécificités subsistent.

Carré D., Levratto N. (2013), Les entreprises du secteur compétitif dans les territoires. Les déterminants de la croissance, étude AdCF, juin 2013.

Davezies L., Talandier M. (2014), « L’émergence de systèmes productivo-résidentiels. Territoires productifs, territoires résidentiels : quelles interactions ? », Travaux, n° 19, Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET)/La Documentation française.

Eljim K. (2013), « Activité et emploi en Europe : bilan et perspectives » in Espace populations sociétés, pp. 25-27, mars 2013.

Gass C., Reynard R., Vialette P. (2015), « Trente ans de mutations fonctionnelles de l’emploi dans les territoires », Insee Première, n° 1538, février 2015.

Hecquet V. (2014), « Emploi et territoires de 1975 à 2009 : tertiarisation et rétrécissement de la sphère productive », Économie et Statistique, n° 462-463, pp. 25-68, janvier 2014.

Kubrak C. (2013), « Concentration et spécialisation des activités économiques : des outils pour analyser les tissus productifs locaux ». Insee, documents de travail, n° H2013/01, mars 2013.

« Le profil de développement des agglomérations et métropoles françaises », tome 1, étude pour l’AdCF et la Caisse des dépôts, mars 2016.

Pour enregistrer un favori, vous devez avoir un compte personnel

Me connecter Créer mon compte personnel