Article

Share

De moins en moins d’emplois dans l’agriculture, l’industrie et la construction

Année de publication2022
Thématique
Territoire
Ajouter à mes favoris

L’agriculture est le secteur qui a connu la plus vive diminution d’emplois depuis 1975 (il représentait 10,1 % de l’emploi en 1975 et seulement 2,8 % en 2012), notamment du fait de l’augmentation de la taille des exploitations visant un gain de productivité. Les emplois de ce secteur ont été divisés par trois depuis 1975, avec une chute particulièrement importante entre 1982 et 1999. Cette baisse s’atténue progressivement depuis les années 2000. Toutefois, avec ses 700 000 emplois dans l’agriculture, la France est aujourd’hui l’État qui contribue le plus à la valeur de la production agricole de l’Union européenne4. L’agriculture demeure un secteur bien implanté dans le pourtour du grand Bassin parisien, en Nouvelle Aquitaine (24 % des emplois dans la zone d’emploi de Pauillac en Gironde, par exemple), au nord de la région Occitanie, à l’ouest de la région Auvergne-Rhône-Alpes (18 et 20 % des emplois dans les zones d’emploi de Mauriac et Saint-Flour), ainsi qu’à l’intérieur de la Bretagne.
L’agriculture est une spécialisation fragile : la valeur ajoutée annuelle agricole est très fluctuante selon les années, en fonction du volume de production, sensible aux conditions climatiques, et des prix des produits agricoles, qui dépendent du niveau des cours mondiaux.

L’industrie, secteur prépondérant en 1975 (28 % des emplois), connaît une baisse importante et relativement constante de ses emplois depuis quatre décennies : les emplois du secteur ont diminué de moitié depuis 1975 (11,6 % des emplois en 2012). Cette baisse s’est accentuée dans les années 2000, quand de nouvelles industries, jusqu’alors épargnées, ont vu aussi leur nombre d’emplois décliner (industries agroalimentaires, fabrication de produits informatiques, etc.). La perte d’emplois industriels, pour partie due à des délocalisations dans des pays à plus faible coût de main-d’œuvre, correspond aussi à une croissance des gains de productivité (la valeur ajoutée annuelle de l’industrie n’a cessé d’augmenter dans les années 2000, à l’exception d’une importante chute en 2009).
Il convient par ailleurs de relativiser le nombre d’emplois détruits dans l’industrie : une part non négligeable d’entre eux a en réalité été externalisée vers le secteur tertiaire (transport, recherche et développement, nettoyage, sécurité, etc.), où ils sont désormais comptabilisés.
En dépit d’une forte chute de l’emploi industriel dans le nord et l’est de la France, ces emplois y demeurent nombreux. À l’ouest, l’emploi industriel a davantage résisté, notamment grâce à une relocalisation d’industries franciliennes aux activités peu qualifiées.

Le secteur de la construction, sensible aux cycles conjoncturels, a globalement diminué tout au long des quarante dernières années, malgré plusieurs rebonds. Les emplois du secteur ont chuté jusqu’en 1999 (- 560 000 emplois), puis ont connu un net rebond de 1999 à 2007 (+ 390 000 emplois), avant une phase de croissance très ralentie entre 2007 et 2012 (+ 51 000 emplois). La construction a fortement diminué en Île-de-France et dans le sud-est du pays, où elle reste néanmoins importante, en Corse tout particulièrement, sur les littoraux et dans les espaces touristiques.

Carré D., Levratto N. (2013), Les entreprises du secteur compétitif dans les territoires. Les déterminants de la croissance, étude AdCF, juin 2013.

Davezies L., Talandier M. (2014), « L’émergence de systèmes productivo-résidentiels. Territoires productifs, territoires résidentiels : quelles interactions ? », Travaux, n° 19, Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET)/La Documentation française.

Eljim K. (2013), « Activité et emploi en Europe : bilan et perspectives » in Espace populations sociétés, pp. 25-27, mars 2013.

Gass C., Reynard R., Vialette P. (2015), « Trente ans de mutations fonctionnelles de l’emploi dans les territoires », Insee Première, n° 1538, février 2015.

Hecquet V. (2014), « Emploi et territoires de 1975 à 2009 : tertiarisation et rétrécissement de la sphère productive », Économie et Statistique, n° 462-463, pp. 25-68, janvier 2014.

Kubrak C. (2013), « Concentration et spécialisation des activités économiques : des outils pour analyser les tissus productifs locaux ». Insee, documents de travail, n° H2013/01, mars 2013.

« Le profil de développement des agglomérations et métropoles françaises », tome 1, étude pour l’AdCF et la Caisse des dépôts, mars 2016.

Pour enregistrer un favori, vous devez avoir un compte personnel

Me connecter Créer mon compte personnel