Article

Share

Création d’entreprises : une nette polarisation métropolitaine, mais une pérennité plus forte dans les espaces peu denses

Année de publication2022
Territoire
Année de publication
2016
Ajouter à mes favoris

Entre 2011 et 2014, 546 359 entreprises ont été créées en France en moyenne chaque année. Le tissu productif des territoires évoluant, il importe d’analyser ces évolutions pour appréhender le dynamisme économique des zones d’emploi, complémentaire à leur caractérisation à un instant t. À l’image de la géographie de la croissance de l’emploi (voir chapitre 1A), les créations d’entreprises sont très concentrées dans les zones d’emploi métropolitaines et leurs voisines, ainsi que sur le pourtour méditerranéen. Dans les zones d’emploi de Bordeaux, Toulouse, Montpellier, Lyon et autour de Paris, le taux de création d’entreprises est supérieur à 16 % entre 2011 et 2014, contre 14,3 % dans l’ensemble des zones d’emploi.
Dans les 36 zones d’emploi qui ont un faible taux de création (inférieur à 10,5 % sur cette période), les entreprises créées le sont un peu plus souvent dans l’industrie (8,8 % contre 6,8 % en moyenne nationale). Ce sont d’ailleurs aussi ces zones qui ont connu une baisse très forte du nombre de créations d’entreprises entre 2009 et 2014 (- 22 % contre - 5 % en France). Si, dans les zones d’emploi de Paca, de l’ancienne région Languedoc-Roussillon et autour de Paris, on observe un fort taux de création d’entreprises de type industriel, la majorité des entreprises créées dans ces zones dynamiques le sont dans les secteurs de la construction et des services. Toutefois, il importe de nuancer l’importance de ces créations d’entreprises.

En effet, la caractéristique principale des sociétés françaises est leur petite taille : en 2014, seules 5 % d’entre elles dépassent 10 salariés et 70 % n’emploient aucun salarié. Cette particularité se traduit dans le profil des nouvelles entreprises : la moitié de celles créées en 2015 sont des micro-entreprises, un chiffre stable depuis 2009. Leur création est facilitée depuis la mise en place du statut d’autoentrepreneur (voir encadré), mais elles n’ont pas forcément d’impact local en termes de création d’emploi (95,2 % des entreprises créées en 2015 n’ont aucun salarié).
Par ailleurs, dans les zones à fort chômage comme le pourtour méditerranéen, la création d’une petite entreprise peut être davantage une tentative de sortir du chômage en créant son emploi (sans pour autant parvenir à en dégager un revenu) qu’un signe de dynamisme économique : parmi les entreprises créées en 2015 en France, 30 % l’ont été par des demandeurs d’emploi.

Pérennité des entreprises : l’atout des espaces peu denses

Si les espaces métropolitains sont dynamiques du point de vue du nombre d’entreprises créées, l’étude de la pérennité des entreprises donne, en revanche, une vision très différente des équilibres territoriaux.
En effet, la géographie des taux de survie des entreprises à cinq ans est l’exacte opposée de celle du taux de création : les territoires où les entreprises sont les plus pérennes sont ceux où le taux de création est le plus faible, et réciproquement. Les zones peu denses au sud de Clermont-Ferrand ou à l’ouest de Dijon, qui ont les taux de création d’entreprises les plus faibles (moins de 11,5 %), ont aussi le taux de survie à cinq ans le plus fort (souvent plus de 45 % en 2014, alors que la moyenne française est de 36,1 %). La situation est identique dans les Dom et dans les zones d’emploi du nord de la Bretagne. Cette pérennité fait écho à un marché du travail plus stable, dans ces territoires qui s’adaptent à leur faible densité (voir chapitre 2C).

Annuaire régional d’Eurostat 2015.

Batto V., Rousseau S. (2015), « Hausse des créations d’entreprises en 2014, notamment des sociétés », Insee Première, n° 1534, janvier 2015.

Brière L., Clément É. (2014), « Croissance dans les régions : davantage de disparités depuis la crise », Insee Première, n° 1501, juin 2014.

Commission européenne (2014), Investissement dans l’emploi et la croissance. La promotion du développement et de la bonne gouvernance dans les régions et villes de l’UE, sixième rapport sur la cohésion économique, sociale et territoriale, Luxembourg, Offices des publications officielles des Communautés européennes, 2014. de Calignon G. (2015), « Les investissements étrangers ont généré 33 000 emplois en 2015 », Les Échos, 22 mars 2016.

Degorre A., Girard P., Rabier R. (2015), « Dynamiques régionales et territoriales face aux chocs économiques », in « Nouvelle économie régionale et réforme territoriale », Revue de l’OFCE, n° 143, novembre 2015.

Dynamiques, interdépendance et cohésion des territoires, rapport de l’Observatoire des territoires 2011, DATAR/ La Documentation française.

Hecquet V., Rau F. (2013), « Les grandes entreprises pèsent plus dans le Nord et les petites dans le Sud », Insee Première, n° 1440, avril 2013.

Hurpeau B. (2016), « Les produits intérieurs bruts régionaux de 1990 à 2013 », Insee Focus, n° 60, juillet 2016.

Laurent É. (dir.), (2013), Vers l’égalité des territoires. Dynamiques, mesures, politiques, Paris, La Documentation française.
« Les entreprises en France », coll. « Insee Références », 2015.
« Pour comprendre le PIB régional », Insee, « Mesurer pour comprendre ».

Rozenblat C., Bellwald A., Gomez P. (2015), Positionnement de la métropole Aix-Marseille-Provence dans les réseaux mondiaux d’entreprises multinationales, rapport pour le CGET et la mission interministérielle pour le projet métropolitain Aix-Marseille-Provence, Unil/Université de Lausanne, 139 pages.

Szerb L., Acs Z. J., Autio E., Ortega-Argilés R., Komlósi, E. (2013), REDI: The Regional Entrepreneurship and Development Index – Measuring regional entrepreneurship, rapport final, Office des publications de l’Union européenne.

Vers une croissance plus inclusive de la métropole Aix-Marseille : une perspective internationale, rapport de l’OCDE, décembre 2013, 220 pages.

Pour enregistrer un favori, vous devez avoir un compte personnel

Me connecter Créer mon compte personnel