Article

Share

La métropole d’Aix-Marseille-Provence dans les réseaux d’entreprises multinationales

Année de publication2022
Thématique
Territoire
Ajouter à mes favoris

Si Aix-en-Provence et Marseille ont connu une croissance démographique et économique relativement élevée au cours des dernières décennies, ainsi qu’une progression rapide en matière d’innovation, de création d’entreprises et d’attractivité internationale, le taux de chômage y reste élevé et le niveau de qualification de la main-d’œuvre faible. Dans le cadre de la préparation du projet métropolitain, dont une des orientations est « une métropole ouverte pour tous et avec tous », une étude copilotée par le CGET et la Mission interministérielle du projet métropolitain Aix-Marseille-Provence a été réalisée en 2015, pour analyser le positionnement de la métropole dans les réseaux mondiaux d’entreprises multinationales. Elle a permis d’évaluer le poids et la nature de l’internationalisation de son économie, et donc sa capacité à s’intégrer dans la globalisation, mais aussi à créer de l’emploi et à densifier les réseaux locaux à l’échelle de la métropole.

La métropole Aix-Marseille-Provence compte 6 000 établissements d’entreprises multinationales (étrangères ou françaises ayant des implantations à l’étranger) représentant 160 000 emplois salariés, soit 24 % des emplois salariés de la métropole. L’implantation des entreprises multinationales (sièges ou filiales) reste globalement très concentrée dans certains territoires : 45 % à Marseille et 18 % à Aix-en-Provence. Cette métropole, comme l’ensemble des métropoles européennes, est bien intégrée dans les réseaux d’entreprises multinationales, mieux que les villes nord-américaines par exemple, et abrite davantage de liens entre entreprises locales.
L’internationalisation y est donc un moteur important de l’économie, même si Aix-Marseille-Provence, comme la plupart des autres métropoles françaises (à part Paris), reste moins bien insérée dans les réseaux d’entreprises multinationales que les autres métropoles portuaires européennes (Bristol, Anvers, Glasgow, Bilbao ou Liverpool). Elle souffre en effet d’un manque d’attractivité pour des filiales de compagnies nationales ou étrangères. Elle est placée au 80e rang mondial16 après Lille (45e) et Lyon (59e), avec comme particularité des liens essentiellement dirigés vers l’Afrique du Nord et l’Asie.

La métropole Aix-Marseille-Provence possède également un fort rayonnement hors de son territoire, avec des entreprises ayant des filiales implantées dans 236 villes, dont 80 % sont étrangères. Ce rayonnement est en grande partie dû à la présence du siège de la CMA-CGM, l’une des plus grandes compagnies maritimes du monde (implantée dans 107 villes de 83 pays). La comparaison avec dix métropoles mondiales de profil similaire a permis de mettre en relief le fort rayonnement de la métropole Aix-Marseille-Provence, avec ses fonctions portuaires et logistiques, ses industries liées à la transformation des ressources, puissantes localement, quoique davantage contrôlées depuis l’extérieur que dans les autres métropoles. L’étude montre aussi que les entreprises implantées dans cette métropole mobilisent moins d’investissements extérieurs, en particulier internationaux, et que la dépendance à Paris (en termes d’investissements) y est plus forte que la dépendance des autres villes étudiées par rapport à leurs capitales respectives.

Annuaire régional d’Eurostat 2015.

Batto V., Rousseau S. (2015), « Hausse des créations d’entreprises en 2014, notamment des sociétés », Insee Première, n° 1534, janvier 2015.

Brière L., Clément É. (2014), « Croissance dans les régions : davantage de disparités depuis la crise », Insee Première, n° 1501, juin 2014.

Commission européenne (2014), Investissement dans l’emploi et la croissance. La promotion du développement et de la bonne gouvernance dans les régions et villes de l’UE, sixième rapport sur la cohésion économique, sociale et territoriale, Luxembourg, Offices des publications officielles des Communautés européennes, 2014. de Calignon G. (2015), « Les investissements étrangers ont généré 33 000 emplois en 2015 », Les Échos, 22 mars 2016.

Degorre A., Girard P., Rabier R. (2015), « Dynamiques régionales et territoriales face aux chocs économiques », in « Nouvelle économie régionale et réforme territoriale », Revue de l’OFCE, n° 143, novembre 2015.

Dynamiques, interdépendance et cohésion des territoires, rapport de l’Observatoire des territoires 2011, DATAR/ La Documentation française.

Hecquet V., Rau F. (2013), « Les grandes entreprises pèsent plus dans le Nord et les petites dans le Sud », Insee Première, n° 1440, avril 2013.

Hurpeau B. (2016), « Les produits intérieurs bruts régionaux de 1990 à 2013 », Insee Focus, n° 60, juillet 2016.

Laurent É. (dir.), (2013), Vers l’égalité des territoires. Dynamiques, mesures, politiques, Paris, La Documentation française.
« Les entreprises en France », coll. « Insee Références », 2015.
« Pour comprendre le PIB régional », Insee, « Mesurer pour comprendre ».

Rozenblat C., Bellwald A., Gomez P. (2015), Positionnement de la métropole Aix-Marseille-Provence dans les réseaux mondiaux d’entreprises multinationales, rapport pour le CGET et la mission interministérielle pour le projet métropolitain Aix-Marseille-Provence, Unil/Université de Lausanne, 139 pages.

Szerb L., Acs Z. J., Autio E., Ortega-Argilés R., Komlósi, E. (2013), REDI: The Regional Entrepreneurship and Development Index – Measuring regional entrepreneurship, rapport final, Office des publications de l’Union européenne.

Vers une croissance plus inclusive de la métropole Aix-Marseille : une perspective internationale, rapport de l’OCDE, décembre 2013, 220 pages.

Pour enregistrer un favori, vous devez avoir un compte personnel

Me connecter Créer mon compte personnel