Article

Les principales mesures du chômage en France

Année de publication2021
Thématique
Année de publication
2016
Ajouter à mes favoris

Deux chiffres sont principalement utilisés pour mesurer le chômage en France : le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi, publié chaque mois par la Dares5 et Pôle emploi, et le taux de chômage, publié chaque trimestre par l’Insee.

Les demandeurs d’emploi inscrits en fin de mois (DEFM) à Pôle emploi

Les demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi sont comptabilisés chaque fin de mois par la Dares et Pôle emploi, à partir de la Statistique mensuelle du marché du travail (STMT), une source exhaustive issue des fichiers de gestion de Pôle emploi qui porte sur tous les demandeurs d’emploi inscrits, entrés ou sortis des listes un mois donné. Cette mesure est soumise aux changements des règles administratives.

Depuis mars 2009, les demandeurs d’emploi (DE) inscrits à Pôle emploi sont regroupés à des fins d’analyse statistique en cinq catégories.

  • Catégorie A : DE sans emploi et tenus d’accomplir des actes positifs de recherche d’emploi.

Il s’agit de la catégorie la plus proche de la définition du chômage au sens du BIT (voir ci-après), sans toutefois être équivalente : un DE inscrit en catégorie A peut en effet ne pas être comptabilisé comme un chômeur au sens du BIT.
Inversement, un chômeur au sens du BIT peut ne pas être inscrit à Pôle emploi.

  • Catégorie B : DE ayant exercé une activité réduite courte (moins de 78 heures) au cours du mois écoulé et tenus d’accomplir des actes positifs de recherche d’emploi.
  • Catégorie C : DE ayant exercé une activité réduite longue (plus de 78 heures) au cours du mois écoulé et tenus d’accomplir des actes positifs de recherche d’emploi.

Il existe deux autres catégories de demandeurs d’emploi, non tenus d’accomplir des actes positifs de recherche d’emploi :

  • Catégorie D : DE non immédiatement disponibles et dépourvus d’emploi (formation, contrat de sécurisation professionnelle, maladie, etc.).
  • Catégorie E : DE non immédiatement disponibles et pourvus d’un emploi (contrats aidés, créateurs d’entreprises).


Le fichier historique statistique (FHS) est une autre source statistique sur les demandeurs d’emploi.
Également issu des fichiers de gestion de Pôle emploi, il comporte tous les épisodes d’inscription sur une période de dix ans. Les statistiques produites à partir de la STMT et du FHS peuvent différer en raison de différences dans la constitution des deux sources, concernant notamment la façon dont sont traités les événements enregistrés avec retard et les sorties des listes de courte durée.

Le chômage au sens du Bureau international du travail (BIT)

Le BIT, agence spécialisée de l’Onu, a adopté la définition actuelle du chômage en 1982. Selon cette définition, est comptée comme chômeur une personne qui est à la fois en âge de travailler (15 ans ou plus), qui n’a pas travaillé au cours de la semaine de référence de l’enquête (ne serait-ce qu’une heure), est disponible pour travailler dans les deux semaines à venir et a entrepris, au cours des quatre dernières semaines, une démarche de recherche d’emploi ou a trouvé un emploi qui débutera moins de trois mois après l’interrogation. Le taux de chômage BIT est le rapport entre le nombre de chômeurs BIT et le nombre de personnes actives (en emploi + au chômage BIT).
C’est la définition du BIT que retient l’Insee pour mesurer le chômage en France, à partir de l’enquête Emploi.

La définition du BIT permet de mesurer l’évolution du chômage sur plusieurs années. Reprise dans la plupart des pays du monde, elle permet également de réaliser des comparaisons internationales, en particulier dans l’Union européenne.

Le taux de chômage localisé

L’enquête Emploi, couplée avec les données administratives venant de Pôle emploi, fournit les données officielles sur le taux de chômage à l’échelle de la région, du département et de la zone d’emploi.
Sans valeur nationale, l’ensemble des taux de chômage localisés est néanmoins cohérent avec le taux de chômage au sens du BIT.

Calculé par l’Insee en moyenne sur la période considérée, le taux de chômage localisé est le rapport entre le nombre national de chômeurs BIT, ventilé aux différents niveaux géographiques au prorata de la répartition géographique des DEFM de catégorie A, et du nombre de personnes actives au lieu de résidence (estimations d’emploi issues du dispositif d’Estimations d’emploi localisées – ESTEL + estimation du chômage).

À un niveau géographique plus fin, seules deux sources fournissent des données sur les personnes à la recherche d’un emploi : les données de Pôle emploi, pour comptabiliser les DE ayant fait une démarche d’inscription, et les enquêtes annuelles de recensement, pour mesurer le nombre de personnes se déclarant à la recherche d’un emploi.

Le chômage au sens du recensement de la population

Le questionnaire du recensement permet de se rapprocher des critères retenus dans l’enquête Emploi, mais l’interrogation est moins précise. Les chômeurs au sens du recensement ne sont donc pas forcément des chômeurs au sens du BIT, et inversement. Les deux concepts ne peuvent être comparés.

Les chômeurs, au sens du recensement de la population de l’Insee, sont en effet constitués d’une part des personnes de 15 ans ou plus qui se sont déclarées chômeurs (inscrits ou non à Pôle emploi), sauf si elles ont en outre déclaré explicitement ne pas rechercher de travail ; et d’autre part, des personnes de 15 ans ou plus qui ne se sont déclarées spontanément ni en emploi ni au chômage, mais qui ont néanmoins déclaré rechercher un emploi.

Le taux de chômage au sens du recensement est le rapport entre le nombre de chômeurs au sens du recensement et le nombre de personnes actives au sens du recensement (en emploi + au chômage).
Il constitue, du fait du mode de recensement désormais en vigueur, une valeur moyenne sur cinq ans disponible trois ans après le millésime du recensement.

Bessone A.-J. et Guillaneuf J. (2015), « Les effets de la crise sur les marchés du travail européens : une intensité et une durée variables », in France, portrait social, coll. « Insee Références ».

Bessone A.-J., Dorothée O., Robin M., Vugdalic S. (2015), « Emploi et chômage dans les nouvelles régions depuis la crise », Insee Focus, n° 40, novembre 2015.

Bouba-Olga O. (2015), « Croissance de l’emploi et croissance du chômage : quelle(s) relation(s) ? », article mis en ligne le 18 octobre 2015, http://blogs.univ-poitiers.fr/o-bouba-olga/

« Le chômage de longue durée : vers une mesure de “l’éloignement à l’emploi” de longue durée ? », Études et Recherches, n° 2, Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques/Pôle emploi, décembre 2014.

Commission européenne (2014), sixième rapport sur la cohésion économique, sociale et territoriale. « Le déploiement de la Garantie jeunes dans les territoires, une opportunité pour les jeunes des quartiers prioritaires »,
En Bref, n° 7, CGET, octobre 2015.

ESPON (2014), « Economic Crisis and the Resilience of Regions », Territorial Observation, n° 12, septembre 2014.

Fiche thématique « Cadrage européen » (2015), in France, portrait social, coll. « Insee Références ».

Lacour J.-P. (2015), « 2,2 millions d’emplois recréés depuis la crise » in Les Échos, 16 décembre 2015.

Pour enregistrer un favori, vous devez avoir un compte personnel

Me connecter Créer mon compte personnel