Article

Depuis 1975, l’emploi a principalement crû dans les grandes aires urbaines, mais le phénomène de concentration ralentit à partir des années 1990

Ajouter à mes favoris

En 1975, les 771 aires urbaines (voir encadré) de France métropolitaine regroupaient 84 % de la population et 87 % des emplois. Près de quarante ans plus tard, en 2012, ces parts sont passées respectivement à 84 % et 89 %, signe d’une très légère tendance à la concentration des emplois dans les espaces urbains.
Il existe en effet une polarisation assez nette de la croissance de l’emploi jusqu’aux années 1990 : seuls les pôles urbains et les couronnes des grandes aires urbaines ont vu leur nombre de d’emplois augmenter. Les autres types d’espace (couronnes des moyens et petits pôles, communes multipolarisées et communes hors influence des pôles) ont tous vu leur nombre d’emplois décroître.

À l’inverse, depuis le début des années 2000, l’emploi croît dans l’ensemble des espaces (sauf dans les couronnes des petits pôles, qui ne représentent que 0,1 % du total des emplois), avec un ralentissement marqué toutefois pour les petits et moyens pôles, qui ont le plus souffert de la crise économique depuis 2008, du fait de la place généralement plus importante que l’industrie y occupe. Les couronnes des grandes aires urbaines conjuguent une forte croissance démographique et la plus forte accélération de la croissance de l’emploi depuis les années 2000 (+ 37 % entre 1999 et 2012).

C’est dans les grandes aires urbaines (77,4 % de la population de France métropolitaine en 2012) que l’emploi s’est principalement accru entre 1975 et 1990, accentuant la concentration géographique de l’emploi : 80,2 % de l’ensemble des emplois y étaient localisés en 1990, contre 78,0 % en 1975. Le phénomène de concentration a cependant ralenti depuis les années 1990 : 81,5 % des emplois sont localisés dans les grandes aires urbaines en 2012, soit une augmentation de la concentration de l’emploi de 0,19 % par an entre 1975 et 1990, contre 0,08 % par an entre 1990 et 2012.

Définition  - Les aires urbaines et le zonage en aires urbaines de 2010

Une aire urbaine est un ensemble de communes, d’un seul tenant et sans enclave, constitué par un pôle urbain (i.e. une unité urbaine d’au moins 1 500 emplois) et par une couronne périurbaine composée des communes où au moins 40 % de la population résidente ayant un emploi travaille dans le pôle ou dans des communes attirées par celui-ci.

On distingue les grandes aires urbaines (242 pôles d’au moins 10 000 emplois et leur couronne, couvrant un total de 15 562 communes), les moyennes aires (131 pôles de 5 000 à 10 000 emplois et leur couronne, couvrant 1 250 communes) et les petites aires (420 pôles de 1 500 à 5 000 emplois et leur couronne, couvrant 1 460 communes).

En dehors des aires urbaines, les communes sont classées en trois catégories :

  • Les communes multipolarisées des grandes aires urbaines : 3 980 communes situées hors des aires, où au moins 40 % de la population résidente ayant un emploi travaille dans plusieurs grandes aires urbaines, sans atteindre ce seuil avec une seule d’entre elles ;
  • Les autres communes multipolarisées : communes situées hors de l’espace des grandes aires urbaines, dont au moins 40 % de la population résidente ayant un emploi travaille dans plusieurs aires quelle que soit leur taille ;
  • Les communes isolées hors influence des pôles : communes n’appartenant pas à une aire et non multipolarisées. Les aires urbaines, datées de 2010, ont été établies en référence à la population connue au recensement de 2008.

Bessone A.-J. et Guillaneuf J. (2015), « Les effets de la crise sur les marchés du travail européens : une intensité et une durée variables », in France, portrait social, coll. « Insee Références ».

Blanc M., Schmitt B. (2007), « Orientation économique et croissance locale de l’emploi dans les bassins de vie des bourgs et petites villes », Économie et Statistiques, n° 402.

Bouba-Olga O., Grossetti M. (2015), « La métropolisation, horizon indépassable de la croissance économique ? » in Nouvelle économie régionale et réforme territoriale, Revue de l’OFCE n° 143, novembre 2015.

Commission européenne (2014), Investissement dans l’emploi et la croissance. La promotion du développement et de la bonne gouvernance dans les régions et villes de l’UE, sixième rapport sur la cohésion économique, sociale et territoriale, Luxembourg, Offices des publications officielles des Communautés européennes, 2014.

Davezies L. (2012), La crise qui vient : la nouvelle fracture territoriale, Paris, Éditions du Seuil, coll. « La République des idées ».

Floch J.-M. (2015), « Résider en France et travailler à l’étranger », Insee Première, n° 1537.

Habitants, qualité de vie, territoire, rapport de l’Observatoire des territoires 2014.

L’Horty Y. (2013), « Emploi et territoires : repérer et réparer les ruptures » in Laurent E. (dir.),
Vers l’égalité des territoires. Dynamiques, mesures, politiques, La Documentation française.

« Les métropoles créent-elles plus d’emplois ? », publication de l’Agence de développement et d’urbanisme de l’aire urbaine de Nancy, décembre 2015.

Mission opérationnelle transfrontalière (2014), « L’observation des territoires transfrontaliers »,
Les Cahiers de la MOT, n° 9, 24 pages.

« Le profil de développement des agglomérations et métropoles françaises », tome 1, Étude pour l’AdCF et la Caisse des dépôts, mars 2016.

Pour enregistrer un favori, vous devez avoir un compte personnel

Me connecter Créer mon compte personnel