Article

Share

Une démographie très jeune dans les DOM, marquée par la mobilité hors des territoires

Année de publication2021
Territoire
Année de publication
2016
Ajouter à mes favoris

S’il est globalement plus jeune que la métropole, le profil démographique des Dom peut être divisé en trois groupes :

  • les territoires très jeunes : Mayotte et la Guyane, où la part des moins de 20 ans est deux fois plus élevée que la moyenne française ;
  • les territoires jeunes : la Réunion, présentant un profil plutôt plus jeune que la métropole, mais avec une part des moins de 20 ans qui reste similaire à celle des départements franciliens par exemple (Yvelines, Seine-et-Marne et Val-d’Oise) ;
  • les territoires plutôt semblables à la métropole : la Guadeloupe et la Martinique, qui ont un profil comparable à certains départements métropolitains comme les Hautes-Alpes ou les Ardennes. Ces départements connaissent une surreprésentation des moins de 20 ans et des 35-65 ans, avec un creux entre les deux tranches d’âge correspondant à une mobilité vers les grandes villes situées hors de ces territoires, pour les études et le travail.


Le creux des 20-34 ans
En effet, une offre éducative insuffisante et un taux de chômage élevé, parmi les jeunes notamment, poussent les 20-34 ans résidents des outre-mer à migrer vers la France métropolitaine, où les opportunités scolaires et professionnelles sont plus nombreuses. Le retour de cette tranche de la population se fait de plus en plus tardivement : si une partie revient vers 35 ans, une autre ne revient qu’une fois à la retraite. Ainsi, le creux des 20-34 ans persiste et tend à s’accentuer. Il joue sur le vieillissement de la population en Martinique et en Guadeloupe.

Askenazy P., Martin P. (2015), « Promouvoir l’égalité des chances à travers le territoire », Les notes du Conseil d’analyse économique,
n° 20, février 2015.

Baccaïni B. (2007), « Les flux migratoires interrégionaux en France depuis cinquante ans ». Population, Ined, vol. 62.

Baccaïni B., Lévy D. (2009), « Les migrations entre départements : le Sud et l’Ouest toujours très attractifs ». Insee Première,
n° 1248, juillet 2009.

Bidart C. (1997), L’Amitié, un lien social, Paris, La Découverte.

Bonvalet C., Gotman A., Grafmeyer Y. (dir), (1999), La Famille et ses proches. L’aménagement des territoires, Paris, INED-PUF.

Boschma R., Iammarino S., Steinmueller E. (2013), « Geography, skills and technological change », in Regional Studies, vol.
47 (10), pp. 1615-1617.

Collectif Rosa Bonheur, « Centralité populaire : un concept pour comprendre pratiques et territorialités des classes populaires
d’une ville périphérique », SociologieS (à paraître).

Cusin F. (2014), « Les dynamiques urbaines au prisme des mobilités résidentielles
longues », in Fol S., Miot Y., Vignal C., (dir.), Mobilités résidentielles, territoires et politiques publiques, Septentrion, 258 pages.

Davezies L. (2013), « Les territoires face à la crise », in Laurent E. (dir.), Vers l’égalité des territoires. Dynamiques, mesures, politiques, Paris, La Documentation française, pp. 384-389.

Degorre A., Girard P., Rabier R. (2015), « Dynamiques régionales et territoriales face aux chocs économiques » in « Nouvelle
économie régionale et réforme territoriale », Revue de l’OFCE, n° 143, novembre 2015.

Fabre J., Dejonghe V. (2015), « Déménager pour une autre région. Le cadre de vie et l’emploi au coeur du choix des ménages », Insee Première, n° 1540, mars 2015.

Gobillon L. (2002), « Emploi, logement et mobilité résidentielle », Économie et Statistique, n° 349-350, pp. 77-98, mai 2002.

Farinelli B. (2016), « Préférer la mobilité ou la proximité ? », Population & Avenir, n° 728, pp. 14-16.

Floch J.-M. (2015), « Résider en France et travailler à l’étranger : une situation en plein essor », Insee Première, n° 1537, février 2015.

Hubert J.-P., Pistre P., Madre J.-L. (2016), « L’utilisation de l’automobile par les ménages dans les territoires peu denses : analyse
croisée par les enquêtes sur la mobilité et le Recensement de la population », Économie et Statistique, n° 483-484-485, avril 2016.

Les marges du travail et de l’emploi : formes, enjeux, processus, colloque, 14e édition des Journées internationales de la sociologie
du travail, Lille, 2014.

Matus M., Merchaoui W. (2015), « Les (nouvelles) aides à la mobilité géographique. Un recentrage sur les aides à la recherche
d’emploi », Éclairages et Synthèses, n° 14, Pôle emploi, août 2015.

Miot Y. (2012), Face à la décroissance urbaine, l’attractivité résidentielle ? Le cas des villes de tradition industrielle de Mulhouse,
Roubaix et Saint-Étienne, thèse de doctorat, université de Lille-I.
« La mobilité des Français : panorama issu de l’enquête nationale transports et déplacements 2008 », La Revue du CGDD,
décembre 2010.

Nuysten J. D., Dacey M. F. (1961), « A graph theory interpretation of nodal regions », Papers in Regional Science, vol. 7, pp. 29-42,
janvier 1961.

Ortar N. (2013), « Qui bouge, qui reste dans le couple ? Les sens de l’immobilité », E-migrinter, n° 11.
« Plateformes de mobilité : un levier pour faciliter l’accès à l’emploi et l’insertion sociale », En Bref, n° 16, CGET, mars 2016.
Qualité de vie, habitants, territoires, rapport de l’Observatoire des territoires 2014, CGET.

Sigaud T. (2015), « La mobilité géographique : ressource ou fragilité pour l’emploi ? », Connaissance de l'emploi, Le 4 pages du
CEE, n° 125, novembre 2015.

Vignal C. (2005), « Logiques professionnelles et logiques familiales

Pour enregistrer un favori, vous devez avoir un compte personnel

Me connecter Créer mon compte personnel