Article

La pollution de l’eau : les efforts réalisés en matière d’assainissement ont permis une amélioration de la qualité des cours d’eau

Ajouter à mes favoris

Les principaux polluants d’origine urbaine (matières organiques, ammonium, orthophosphates) et certains polluants d’origine industrielle ont sensiblement baissé ces quinze dernières années. Ce n’est pas le cas des pollutions diffuses, notamment agricoles, qui restent globalement stables, même si des évolutions à la baisse ou à la hausse sont observées localement.

Les nitrates sont un des paramètres permettant de qualifier l’état des eaux. Leur présence en excès peut contribuer à déséquilibrer les milieux aquatiques avec, par exemple, des phénomènes d’eutrophisation dans les cours d’eau. Dans les eaux souterraines, ils sont la première cause qualitative de fermeture de captages d’eau potable.

Les nitrates dans l’eau sont issus majoritairement d’effluents d’élevage, des rejets d’eaux usées urbaines et industrielles et d’apports excessifs d’engrais azotés aux cultures.

Les concentrations de nitrates dans les cours d’eau sont plus élevées dans un grand quart nord-ouest de la France, c’est-à-dire dans les régions où l’agriculture occupe une grande partie des sols et où elle est plus intensive. Les évolutions des teneurs en nitrates sont contrastées suivant les bassins. Depuis une dizaine d’années, on observe une dégradation dans les bassins où les teneurs en nitrates étaient les plus faibles. Au contraire, la situation tend à s’améliorer là où les concentrations étaient parmi les plus élevées : c’est le cas des bassins fortement agricoles dans l’Ouest, où l’utilisation d’intrants azotés a diminué. Les bassins de la Seine et de la Somme font exception : les teneurs, déjà élevées, continuent d’augmenter. Les concentrations en nitrates dans les départements d’outremer restent faibles.

Les secteurs de contamination des nappes d’eau souterraine sont sensiblement les mêmes que ceux des cours d’eau. Mais, de façon générale, les teneurs sont plus élevées dans les nappes, du fait de la lenteur du renouvellement des eaux souterraines et de l’infiltration retardée, sur plusieurs années, des nitrates vers les nappes.

Des pesticides, et dans une moindre mesure les autres micropolluants, sont présents dans la quasi-totalité des cours d’eau et des eaux souterraines, même si leurs concentrations sont parfois très faibles.

 

CGDD-SOeS, « L’environnement en France », RéférenceS, octobre 2014.

CGDD-SOeS, « Bilan de la qualité de l’air en 2013 en France », RéférenceS, octobre 2014.

CGDD-SOeS, « L’occupation des sols », RéférenceS, juin 2010.

CGDD-SOeS, « Les Français et la biodiversité : une attention de plus en plus soutenue en dépit d’une connaissance encore diffuse », Le Point Sur n° 55, juin 2010.

CGDD-SOeS, « Données de synthèse sur la biodiversité », RéférenceS, mai 2010.

CGDD-SOeS, « La France vue par CORINE Land Cover : outil européen de suivi de l’occupation des sols », Le Point Sur n° 10, avril 2009.

Datar, « Rapport d’étude sur la Typologie des espaces ruraux et des espaces à enjeux spécifiques (littoral et montagne) par l’UMR CESAER (Inra/AgroSup Dijon), l’UMR ThéMA (Université de Franche-Comté/CNRS), l’UR DTM (Cemagref) et l’UMR METAFORT (AgroParisTech/ Cemagref/Inra/VetAgroSup) pour le compte de la Datar, novembre 2011 », synthèse dans Territoires en mouvement n° 7, 2012.

IAU-IdF, « Économie francilienne : quelle robustesse face à une inondation majeure », Note rapide n° 534, février 2011.

IAU-IdF, « Urbanisation et zones inondables : les risques encourus », Note rapide n° 557, juillet 2011.

ONCEA, « Panorama de la quantification de l’évolution nationale des surfaces agricoles », Rapport de l’Observatoire national de la consommation des espaces agricoles, mai 2014.

Pour enregistrer un favori, vous devez avoir un compte personnel

Me connecter Créer mon compte personnel