Dynamiques territoriales

De nombreuses dynamiques productives et résidentielles sont à l’œuvre sur les territoires : compétitivité, attractivité, capacité à entreprendre et innover, niveau d’éducation de la population, qualification de la main d’œuvre, qualité de l’environnement et du cadre de vie, sécurité… Comment s’équilibrent en France et en Europe les forces de polarisation et de diffusion des activités et des populations ? Quel est l’impact des mobilités des personnes, des transports de biens, des communications, dans un contexte marqué par l’internalisation croissante des échanges et l’ouverture à la compétition internationale ?

Voir la sélection d'études de l'INSEE à composante territoriale

Date de mise à jour : 12/04/2017
Envoyer à un contact Imprimer cette page Diminuer la police Police par défaut Augmenter la police

Grille communale de densité

Les communes étant de superficies très variables, certaines d’entre elles peuvent apparaître comme peu densément peuplées ou au contraire densément peuplées, alors même que leurs populations sont de taille comparable.

Pour prendre en compte la population communale et sa répartition dans l'espace, la nouvelle grille communale de densité s’appuie sur la distribution de la population à l’intérieur de la commune en découpant le territoire en carreaux de 1 kilomètre de côté. Elle repère ainsi des zones agglomérées. C’est l’importance de ces zones agglomérées au sein des communes qui va permettre de les caractériser (et non la densité communale habituelle).

Cette classification reprend les travaux d’Eurostat, en introduisant une catégorie supplémentaire pour tenir compte des espaces faiblement peuplés, plus fréquents en France que dans d'autres pays européens. Ainsi, on distingue parmi les communes peu denses, des communes très peu denses.

La Commission européenne a mis au point une typologie des communes en fonction de leur degré d’urbanisation.  Les communes sont classées selon trois degrés de densité. À partir de carreaux de 1 km de côté, on forme des mailles urbaines, agrégations de carreaux contigus qui remplissent deux conditions : une densité de population au carreau d’au moins 300 habitants par km2 et un minimum de 5 000 habitants après agrégation.Dans une démarche identique et pour définir l’urbain dense, on forme ensuite des mailles urbaines denses qui remplissent deux conditions : une densité de population au carreau d’au moins 1 500 habitants par km2 et un minimum de 50 000 habitants après agrégation.Cette typologie européenne est complétée par la définition de  mailles peu denses qui remplissent deux conditions : une densité de population au carreau d’au moins 25 habitants par km2 et un minimum de 300 habitants après agrégation. Les autres carreaux sont considérés comme très peu denses. Au final, on obtient  quatre types de carreaux, du très dense au très peu dense. Ensuite, chaque commune est classée selon la part majoritaire de sa population vivant dans l’un des 4 types de carreaux. La typologie de l’Insee complète ainsi la nomenclature européenne pour proposer quatre niveaux de densité :

1- les communes densément peuplées ;

2- les communes de catégorie intermédiaire ;

3- les communes peu denses ;

4- les communes très peu denses.

L'Insee met également à disposition les données et la documentation nécessaires pour reproduire ce modèle de typologie à des niveaux supra-communaux. C'est ce que nous avons fait pour les autres zonages proposés pour cet indicateur sur le site de l'Observatoire des territoires.

Enjeu(x) : Environnement
Echelle : Arrondissements - Aires urbaines 2010 - Bassins de vie 2012 - Cantons - Communes 2015 - Départements - Intercommunalités - Régions - Régions 2016 - Unités urbaines - Zones d'emploi 2010
Thèmes : Environnement - Cadre de vie
Année(s) :2015
Couverture : France
Unité : Typologie
Producteur(s) : INSEE
Liens : Insee - Grille communale de densité