Cohésion territoriale

La cohésion territoriale tient pour beaucoup à la capacité à concilier diversité des territoires et réduction des inégalités entre citoyens liées à l’espace. Comment repérer les facteurs essentiels de la cohésion de nos sociétés, que sont les disparités sociales et la précarité, l’accessibilité aux services d’intérêt général, la participation des citoyens à la vie publique, ou encore la capacité à coopérer et mutualiser des ressources, aux différentes échelles géographiques où ils s’expriment ?

Date de mise à jour : 06/10/2015
Envoyer à un contact Imprimer cette page Diminuer la police Police par défaut Augmenter la police

Part des bénéficiaires de l'allocation aux adultes handicapés (AAH)

Le nombre d'allocataires de l'AAH est ici rapporté à la population des 20-64 ans au 1er janvier.

L’Allocation adulte handicapé, créée le 30 juin 1975, est une prestation sociale destinée à assurer un minimum de revenu aux personnes qui présentent une incapacité permanente, et sont sans ressources, ou disposant de revenus modestes, et qui ne peuvent prétendre à un avantage de vieillesse ou d'invalidité ou à une rente d'accident du travail.
Elle est attribuée aux personnes souffrant d’une incapacité évaluée à au moins 80 % (sauf dérogation) par la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (ex-Cotorep). Elle ne peut être attribuée avant l’âge de 20 ans, sauf cas particulier. Elle est versée par les Caf et les caisses de la MSA et du régime minier.
L’AAH est une prestation individualisée dont le montant est fixé pour un an. Elle assure un minimum social et peut se cumuler avec un revenu du travail. Un couple peut recevoir deux aides pour handicapé.

Les prestations départementales allouées aux personnes handicapées comprennent l'allocation aux adultes handicapés (AAH), financée par l'État, les allocations de compensation qui relèvent des Conseils généraux : allocation compensatrice pour tierce personne (ACTP) et prestation de compensation du handicap (PCH) pour les moins de 60 ans (respectivement 18 et 41 % du total, fin 2011) la rémunération des aides ménagères ou auxiliaires de vie (6 % du total, fin 2011), ainsi que des aides à l'hébergement (accueil en établissement, accueil familial et accueil de jour ; 35 % du total, fin 2011).

L’AAH n’est plus versée à partir de 60 ans en cas d'incapacité de 50 à 79 %. A cet âge, les bénéficiaires basculent dans le régime de retraite pour inaptitude.
En cas d'incapacité d'au moins 80%, une AAH différentielle (allocation mensuelle réduite) peut être versée au-delà de 60 ans en complément d'une retraite inférieure au minimum vieillesse. En cas d’hospitalisation de longue durée, le montant de l’allocation peut être réduit.

Enjeu(x) : Revenus - Handicap - Transferts sociaux
Echelle : Départements
Thèmes : Conditions de vie
Année(s) :31/12/2013
Couverture : France
Périodicité : Annuelle
Unité : pour 1000 personnes de 20 à 64 ans
Producteur(s) : CNAF - INSEE - MSA
Liens : CNAF - Allocations familiales
DREES - Définitions des minima sociaux
DREES - Statiss
Data - DREES