Cohésion territoriale

La cohésion territoriale tient pour beaucoup à la capacité à concilier diversité des territoires et réduction des inégalités entre citoyens liées à l’espace. Comment repérer les facteurs essentiels de la cohésion de nos sociétés, que sont les disparités sociales et la précarité, l’accessibilité aux services d’intérêt général, la participation des citoyens à la vie publique, ou encore la capacité à coopérer et mutualiser des ressources, aux différentes échelles géographiques où ils s’expriment ?

Date de mise à jour : 06/10/2017
Envoyer à un contact Imprimer cette page Diminuer la police Police par défaut Augmenter la police

Accessibilité potentielle localisée (APL) aux médecins généralistes

L’Accessibilité Potentielle Localisée est un indicateur local, disponible au niveau de chaque commune, qui tient compte de l’offre et de la demande issue des communes environnantes. Calculé à l’échelle communale, l’APL met en évidence des disparités d’offre de soins qu’un indicateur usuel de densité, calculé sur des mailles beaucoup plus larges (bassins de vie, départements...), aura tendance à masquer. L’APL tient également compte du niveau d’activité des professionnels en exercice ainsi que de la structure par âge de la population de chaque commune qui influence les besoins de soins.

Médecins pris en compte :
- des cabinets de médecins généralistes libéraux, cabinets secondaires inclus, les omnipraticiens et les médecins à exercice particulier suivants : homéopathes, acupuncteurs, gériatres et médecine physique ;
- des consultations effectuées dans les centres de santé ;
- l’activité des remplaçants est prise en compte, de manière agrégée à celle des médecins remplacés.

L’offre de consultations externes de médecine générale proposée par les hôpitaux n’est pas prise en compte dans cette version de l’indicateur : un peu moins de 3,68 millions d’actes (soit 1,3% de l’offre de médecine générale).

L’APL prend aussi en compte dans son calcul :
- un recours dégressif avec la distance entre 0 et 20 minutes.
- le nombre de consultations et visites (ou « nombre d’actes ») réalisées sur une année. Pour tenir compte du lien entre niveau d’activité des médecins et densité médicale locale, le nombre d’actes pris en compte dans le calcul de l’indicateur est borné à 6 000 actes par cabinet libéral. Inversement, un niveau d’activité minimal de 3 600 actes par an est affecté aux libéraux (sauf cabinets secondaires).
- La demande de soins : les besoins de recours à un médecin généraliste varient notamment en fonction de l’âge. Pour tenir compte de ces variations, chaque personne est affectée d’un poids qui dépend de la consommation moyenne observée de sa tranche d’âge.

Pour l’APL aux médecins généralistes, les médecins sont pris en compte quel que soit leur âge car il s’agit de donner un état de la situation à l’instant t.

Pour l’APL aux médecins généralistes de moins de 65 ans : seuls les médecins de moins de 65 ans sont pris en compte ce qui permet par différence d’anticiper les cessations d’activité et donc les zones qui sont susceptibles de devenir fragiles à court terme.

L’indicateur est calculé en nombre de consultations/visites accessibles par habitant standardisé. C’est-à-dire que l’APL rend comparable l’accessibilité de communes ayant des populations d’âges très différents : il n’y a donc plus lieu de tenir compte ultérieurement de ces différences.

L’APL est calculé à l’aide du distancier Metric de l’INSEE.

Exemple de lecture de l’indicateur : « compte tenu de la structure par âge de la population, les habitants de l'Abergement-Clémenciat ont accès en moyenne à 2,4 consultations ou visites de médecine ».

Enjeu(x) : Accessibilité - Offre de soins
Echelle : Communes 2017
Thèmes : Conditions de vie
Année(s) :2015
Couverture : France
Périodicité : Annuelle
Producteur(s) : Drees (SNIIRAM, CNAMTS), Insee RP
Liens : Données Data - DREES
DREES - Santé