Cohésion territoriale

La cohésion territoriale tient pour beaucoup à la capacité à concilier diversité des territoires et réduction des inégalités entre citoyens liées à l’espace. Comment repérer les facteurs essentiels de la cohésion de nos sociétés, que sont les disparités sociales et la précarité, l’accessibilité aux services d’intérêt général, la participation des citoyens à la vie publique, ou encore la capacité à coopérer et mutualiser des ressources, aux différentes échelles géographiques où ils s’expriment ?

Date de mise à jour : 10/09/2017
Enjeu(x) : Précarité - Favoriser l'inclusion sociale des populations (équité et mixité sociales)
Echelle : Zones d'emploi 2010
Thèmes : Emploi - Qualification - Revenus
Année(s) :2014
Couverture : France
Périodicité : Date du recensement de la population
Unité : en %
Producteur(s) : INSEE (RP)
Liens : CEREQ - Qualifications


Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire - Développement durable
Envoyer à un contact Imprimer cette page Diminuer la police Police par défaut Augmenter la police

ITDD - Part des jeunes sans diplôme

Pour les jeunes sortis du système de formation initiale, l’absence de diplôme constitue un sévère handicap pour l’insertion sur le marché du travail et un risque d’exclusion sociale. En France métropolitaine, la part de jeunes sans diplôme est comprise entre 6,2 % (Corte et Rennes) et 37,8 % (Calvi - l’île-Rousse), avec une moyenne de 12,3 % pour la France métropolitaine.

Les valeurs les plus élevées de l’indicateur se rencontrent principalement dans les DOM (26,7 % en moyenne), autour de la région Ile-de-France, dans la moitié nord de l’Aquitaine, sur le pourtour du Golfe du Lion et en Corse. A l’instar de leurs jeunes, ces territoires risquent de s’installer durablement en marge de l’économie de la connaissance et de l’innovation. Les valeurs plus faibles se concentrent au sud de l’Aquitaine, dans les régions Midi-Pyrénées, Auvergne, Limousin, Pays de la Loire et surtout en Bretagne.

Les profils socioéconomiques des jeunes et les spécificités locales en matière de formation sont des déterminants de ces disparités. La précarité de la situation des parents, en particulier, pourrait être un facteur explicatif primordial. La comparaison avec les taux d’individus sans diplôme au sein des générations précédentes fait apparaître une tendance de long terme à la baisse, qui semble toutefois s’être fortement ralentie dans la période récente.


   Part des jeunes sans diplôme en 2010

Note : L’indicateur est le rapport entre les individus âgés de 20 à 24 ans qui ne poursuivent ni études, ni formation et n’ont obtenu ni CAP, ni BEP, ni diplômes de rangs plus élevés et l’ensemble de la population de la même classe d’âge.

Source : Insee, RP 2010

 

Pour en savoir plus

 http://www.cereq.fr/

http://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/Etat_du_Sup_Rech/20/7/EESR11_E4_niv_etudes_insertion_209207.pdf

http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=98&ref_id=CMPDD001