Date de mise à jour : 25/07/2012
Enjeu(x) : Typologie des campagnes françaises et des espaces à enjeux spécifiques - Montagne - Occupation du sol
Echelle : Communes 2015
Thèmes : Population
Année(s) :2011
Couverture : France
Producteur(s) : CGET - INRA CESAER/ UFC-CNRS ThéMA/ Cemagref DTMA METAFORT
Enlaces : CGET - Montagne

CGET - Ruralités

Envoyer à un contact Imprimer cette page Diminuer la police Police par défaut Augmenter la police

Typologie de la montagne

Une nouvelle typologie des campagnes françaises a été réalisée en 2011, à la demande de la Datar, par un groupement de laboratoires de recherche, afin de prendre en compte leurs récentes évolutions socio-économiques. L’étude a également permis de dresser des typologies pour les espaces à enjeux spécifiques que sont la montagne et le littoral.

Le champ spatial de l’étude a concerné les six massifs de France métropolitaine délimités dans la loi montagne : les Alpes, le Jura, le Massif central, la Corse, les Pyrénées et les Vosges. Une typologie en 3 groupes et 7 classes a été définie pour cet ensemble qui couvre 167 000 km², soit 30% du territoire métropolitain, et compte environ 8,5M d’habitants.  

 

Source : Rapport d’étude sur la Typologie des espaces ruraux et des espaces à enjeux spécifiques (littoral et montagne) par l’UMR CESAER (Inra/AgroSup Dijon), l’UMR ThéMA (Université de Franche-Comté/CNRS), l’UR DTM (Cemagref) et l’UMR METAFORT(AgroParisTech/Cemagref/Inra/VetAgroSup) pour le compte de la DATAR, novembre 2011

1/ la montagne urbanisée

63% de la population des massifs sur seulement 13% de leur superficie, avec deux classes :

-les villes-centre et petites agglomérations très accessibles avec de fortes densités de population et une forte augmentation de cette densité, dispersées au sein de l’ensemble des massifs, avec une situation socio-économique favorable, des communes très bien pourvues en commerces et en services, des ménages aux revenus élevés, un taux de chômage moyen, un emploi total qui augmente « sous l’effet de la croissance des activités résidentielles et touristiques et d’un déclin mesuré des activités industrielles », une présence affirmée du bâti et un degré d’artificialisation élevé ; 

-les périphéries jeunes et dynamiques des grandes agglomérations avec de fortes densités de population et une très forte augmentation de cette densité, due à des accroissements naturel et migratoire combinés, une population très jeune, une situation socio-économique très favorable avec une forte croissance de l’emploi « tiré par le fort développement des activités résidentielles et touristiques », mais également industrielles ; un très bon accès aux services et aux commerces ; une forte présence du bâti et un degré d’artificialisation très élevé.

 

2/ la moyenne montagne industrielle ou agricole

1/4 des habitants des massifs sur 58% de leur superficie, avec trois classes :

-le rural et périurbain industriels et agricoles à faible chômage couvrant presque intégralement le Jura et très présents dans le Massif central et dans une moindre importance sur les autres massifs, aux communes à faibles densités de population, bénéficiant d’une « attractivité migratoire élevée, dont la portée spatiale est toutefois limitée », avec une situation socio-économique assez favorable, un niveau d’accès aux services, aux commerces et aux emplois « dans la moyenne de l’ensemble des communes de montagne », des paysages de plateaux et de collines faiblement artificialisés ;

-le rural agricole à fort chômage, très boisé, principalement dans des zones de moyenne montagne très faiblement artificialisées, avec des communes « de très faibles densités de population et une population particulièrement âgée », une attractivité migratoire assez forte, une situation socio-économique assez défavorable avec peu de services et de commerces, une agriculture en déclin mais tenant encore une place importante, une « croissance relative des activités résidentielles et touristiques le plus souvent insuffisante pour assurer la croissance totale de l’emploi » ;

-le rural agricole, à faible relief, âgé, à chômage modéré. Presque exclusivement dans le Massif central, ces communes affichent de faibles densités de population et une tendance dominante à la stagnation ou à la décroissance et une situation socio-économique contrastée. Elles comptent peu de commerces et services, des ménages aux revenus et qualifications peu élevés, une économie locale très agricole, mais des emplois agricoles et industriels en « forte régression » et « une faible augmentation des emplois résidentiels et touristiques ». Le paysage, où prédominent les plateaux et collines, est faiblement artificialisé.

 

3/ la haute et moyenne montagne résidentielle et touristique 

seulement 11% des habitants des massifs sur 28% de leur superficie, avec deux classes :

-les espaces d’altitude attractifs et jeunes, à faible taux chômage aux paysages faiblement artificialisés et principalement boisés, de faibles densités de population, connaissant une forte attractivité migratoire. Leur situation socio-économique favorable repose sur la prédominance des activités résidentielles et touristiques en fort développement soutenant la croissance de l’emploi. Incluant les grandes stations de sports d’hiver, ces espaces sont principalement situés dans la partie septentrionale du massif alpin, à l’est des agglomérations du sillon alpin et, dans une moindre mesure, à l’extrême sud de ce massif ;

-les espaces d’altitude peu accessibles et âgés, à fort taux de chômage pour la plupart dans un environnement très rural, à distance des grandes agglomérations, principalement dans les Alpes du sud, en Corse, le long de la frange méridionale du Massif central et dans les Pyrénées ; de très faibles densités de population mais bénéficiant d’une forte attractivité migratoire, dotés d’une économie résidentielle et touristique en forte croissance mais « le plus souvent insuffisante pour compenser les pertes d’emplois dans les secteurs agricoles et industriels », peu pourvus en services et en commerces.

Répartition de la superficie et de la population au sein des massifs selon la typologie

 

« La forte densité de la montagne urbanisée est manifeste dans l’ensemble des massifs, dans une moindre mesure cependant dans les Vosges. Ce groupe rassemble au minimum 45% des habitants (dans les Pyrénées) et jusqu’aux ¾ de la population (dans les Alpes) sur 10 à 20% du territoire. Dans les Vosges, il couvre presque 50% de la superficie du massif ». La montagne résidentielle et touristique est prédominante, en superficie, en Corse et dans les Alpes (> 60%) ainsi que dans les Pyrénées (> 40%). En superficie comme en population, la moyenne montagne agricole ou industrielle tient, quant à elle, « une importance particulière dans le Massif central et le Jura ». Les types agricoles et le type industriel et agricole sont présents dans des proportions voisines dans le Massif central tandis que le second est nettement prédominant dans le Jura.

 

Publications Datar : 

Extrait de Territoires en mouvement n°7, Datar hiver 2012 

Travaux en ligne n°12
Typologie des campagnes françaises et des espaces à enjeux spécifiques (en un seul fichier 42 Mo ou en quatre fichiers distincts : campagnes, littoral, montagne et DOM)
 Synthèse.  Mohamed Hilal, Aleksandra Barczak, François-Pierre Tourneux, Yves Schaeffer, Marie Houdart et Dominik Cremer-Schulte - Datar, 2012. 80 pages